18 décembre 2017
Événement de Noël à l'Hôtel-Dieu à Sorel-Tracy
Les bénévoles de l’hôpital redonnent aux patients malades
Par: Sarah Elisabeth Aubry

Danielle Boisvert, directrice de la boutique Jeanne-Mance, se prépare pour la fête de Noël du 23 décembre. Photo: Sarah Elisabeth Aubry

Près de 300 boites de biscuits seront distribuées lors de la fête de Noël. Photo: Sarah Elisabeth Aubry

Deux bénévoles ont décidé de s’impliquer afin d’offrir une pensée aux patients de l’hôpital Hôtel-Dieu à Sorel, le 23 décembre. C’est la directrice de la boutique Jeanne-Mance, Danielle Boisvert, qui prend les rênes de l’organisation cette année pour contribuer à la célébration.

Avec France Bibeau et deux enfants déguisés en lutin, Mme Boisvert distribuera près de 300 boites de biscuits . Le Père Noël sera également présent.

« C’est plus une pensée qu’un gros cadeau. On essaie de faire vivre un petit moment aux gens avec notre chariot et notre musique de Noël », partage Danielle Boisvert.

Cette célébration a lieu depuis une dizaine d’années. Dans les années passés, c’est la directrice de la boutique Jeanne-Mance, Simone Paul, qui s’occupait de la gestion.

Maintenant qu’elle a pris sa retraite, Mme Boisvert a pris la décision de prendre la relève. Elle déclare avoir beaucoup de plaisir à s’investir à travers ce qu’elle fait à la boutique.

Chaque patient qui suit un traitement en oncologie recevra une boite de biscuits, tout comme ceux en observation. Des boites sont aussi données au poste pour les infirmières. Un budget est alloué au pavillon de la santé mentale afin de permettre aux responsables d’organiser une fête. Ils viennent choisir des cadeaux dans la boutique Jeanne-Mance. Des toutous sont distribués au département des naissances.

Les bénévoles se promènent sur les différents étages de l’hôpital pour rencontrer les personnes malades et hospitalisées. Parfois, ce sont les infirmiers et infirmières qui transmettent la pensée, lors de cas d’isolement. « Nous essayons de faire ça délicatement, car certaines personnes sont plus malades que d’autres. Nous avons la collaboration des infirmières qui nous indiquent comment agir. Par moment, nous ne sonnerons pas la cloche de Noël pour ne pas déranger », mentionne-t-elle.

Selon Mme Boisvert, l’événement est grandement apprécié par les patients et le personnel. « Je me faisais demander par les infirmières s’il y allait y avoir un Père Noël à nouveau cette année. »

« Si je peux apporter un peu de plaisir, c’est bien correct. Je m’ajuste avec les personnes rencontrées. Si nous pouvons rire et faire rire, pourquoi pas ? Si nous pouvons être une distraction dans la journée, ça leur fait quelque chose à raconter. »

Tous les profits amassés à la boutique sont réinvestis pour le bien-être des patients et pour l’hôpital.

image