12 avril 2016
L’entente entre Sorel-Tracy et Varennes est compromise
Par: Jean-Philippe Morin
L’association entre Sorel-Tracy et Varennes pour le hockey élite pourrait prendre fin dès la prochaine saison. | TC Média – archives

L’association entre Sorel-Tracy et Varennes pour le hockey élite pourrait prendre fin dès la prochaine saison. | TC Média – archives

Après six ans de collaboration entre les deux associations, les Mariniers de Sorel-Tracy et le Blitz de Varennes pourraient voler de leurs propres ailes pour la saison 2016-2017 en hockey élite. La décision est entre les mains des parents qui ont rempli un sondage jusqu’au 8 avril.

La longue distance pour faire des pratiques pendant la semaine est l’un des arguments apportés par certains parents à Sorel-Tracy pour dissocier les deux associations. Environ 300 répondants touchés par cette possibilité à Sorel-Tracy et 300 autres à Varennes ont été sondés.

« Avant, on pratiquait à Contrecœur, on se rejoignait entre les deux villes. Mais là, avec la construction du nouveau centre sportif à Varennes, l’Association de hockey de Varennes ne veut plus acheter de glace à Contrecœur, donc on doit pratiquer à Varennes. Ça commence à faire loin, pratiquer à Varennes un soir de semaine, quand tu es de catégorie atome. L’enfant n’est pas couché de sitôt! », soutient le président de l’Association de hockey mineur du Bas-Richelieu (AHMBR), Simon Verrier.

« On n’aurait pas eu besoin de ce sondage si Varennes avait accepté de continuer les pratiques à Contrecœur, poursuit M. Verrier. En même temps, ce n’est pas à nous de décider si on continue l’association. On a mis ça entre les mains de nos membres. »

Cette alliance entre les deux villes a impliqué six équipes en 2015-2016 : deux atome (9-10 ans), deux équipes pee-wee (11-12 ans) et deux équipes bantam (13-14 ans). Quant aux joueurs novices (7-8 ans), midget (15 à 17 ans) et juniors (18 à 21 ans), ils ne sont pas touchés par cette entente entre les deux associations.

« On s’est mis d’accord pour sonder les membres. Ce n’est pas une guerre d’une association contre une autre et ce n’est pas à un comité de décider. Les gens de Sorel sont plus pénalisés au niveau des entraînements, alors il faut voir », souligne le président de l’Association de hockey mineur de Varennes (AHMV), Frédéric Boucher.

Selon lui, les membres plus vieux (pee-wee et bantam) sont prêts à continuer l’association. Mais le bât blesse surtout avec les plus petites catégories, croit-il.

« Les heures de glace sont difficiles à avoir à Sorel pendant la semaine. Les seules disponibles sont à Contrecœur. Je comprends les gens de Sorel qui voyagent beaucoup de vouloir se prononcer », ajoute M. Boucher.

Après la fin du sondage, les présidents des deux associations s’assoiront et analyseront les réponses récoltées. D’ici les deux assemblées générales annuelles, celle à Sorel-Tracy étant le 18 mai, des décisions seront prises sur l’avenir de cette entente, explique le directeur compétitif de l’AHMBR, Hugo Deschênes.

« Tout le monde est sondé; ainsi, on va savoir si les gens de Varennes sont disposés à pratiquer à Sorel. Il y a aussi la possibilité que ceux de Sorel voyagent à Varennes pendant une semaine, et ceux de Varennes voyagent à Sorel pendant l’autre. Encore là, c’est une question de disponibilité de glace », explique M. Deschênes.

Des discussions avec Boucherville

Advenant que l’entente prenne fin avec Sorel-Tracy, l’AHMV n’écarte pas la possibilité de se joindre à l’Association de Boucherville pour un partenariat semblable.

« On a eu des discussions, mais rien n’est décidé. Boucherville a perdu beaucoup de joueurs. Je vais être honnête : ce serait plus facile s’associer avec Boucherville qu’avec Sorel-Tracy étant donné la proximité, mais personne ne veut que ça arrête. L’entente va très bien avec Sorel-Tracy. On veut préserver ce qui a été fait au cours des six dernières années », conclut le président de l’AHMV, Frédéric Boucher.

image