21 août 2015
L’électrification des transports au sommet des priorités
Par: Sarah-Eve Charland
Claude Poudrier se présente comme candidat du Parti vert du Canada dans le comté Bécancour-Nicolet-Saurel. | Tirée du site du Parti vert du Canada

Claude Poudrier se présente comme candidat du Parti vert du Canada dans le comté Bécancour-Nicolet-Saurel. | Tirée du site du Parti vert du Canada

La volonté de développer les énergies vertes dans la région a poussé Claude Poudrier à se lancer en politique. Candidat pour le Parti vert dans la circonscription Bécancour-Nicolet-Saurel, il espère convertir plusieurs citoyens à l’écologie.

Durant son enfance, il a été fasciné par une émission de Découverte démontrant la conception d’un moteur-roue électrique. Maintenant adulte, il travaille chez Grantuned, une entreprise qui convertit à l’électricité d’énormes flottes de fourgonnettes à essence.

Le Verchèrois n’a pu se porter candidat dans son comté d’origine, Pierre-Boucher-Les Patriotes-Verchères, puisque le comédien JiCi Lauzon s’était déjà présenté comme candidat. Il a donc décidé de se présenter dans le comté voisin.

« J’ai toujours milité pour l’électrification des transports. On a toutes les ressources nécessaires pour exploiter cette alternative. Je ne comprends pas pourquoi on ne s’est pas encore tourné vers cette énergie », affirme-t-il.

L’électrification des transports sera son principal cheval de bataille. Il souhaite aussi développer les usines de biocarburant. « On doit encourager ces projets. Pourquoi ne pas en implanter une à Bécancour? »

Ayant un diplôme en administration des affaires à l’Université de Sherbrooke et une option en marketing, il a participé à commercialiser la Mazda 3 convertie en l’électricité. Il a aussi créé la première coopérative de recherche et de développement au Québec en 2014, soit la Coop de solidarité du Monorail à grande vitesse.

Il espère utiliser cette expertise dans sa campagne électorale. « Je suis un gars de business. Je sais ce que les gens veulent. Ils veulent du rendement. Je crois que je peux les aider à comprendre que l’écologie et l’économie vont de pair », croit-il.

Le Parti vert du Canada compte démarrer la campagne électorale doucement. « On est contre cette idée de prolonger la campagne sur plusieurs mois. » Plutôt occupé entre son emploi à temps plein et sa famille, il souhaite faire quelques tours dans la région pour faire découvrir la plate-forme du parti.

« Le Parti vert n’a pas de grande idéologie. Il se base sur des faits scientifiques. J’aimerais que les gens considèrent les alternatives vertes qu’on propose. »

Il est le quatrième candidat à s’afficher dans la course après Louis Plamondon (Bloc québécois), Claude Carpentier (Parti libéral du Canada) et Nicolas Tabah (Nouveau Parti démocratique). Les conservateurs n’ont toujours pas présenté de candidat.

image