20 juillet 2015
Le Varvo ferme ses portes après 25 ans
Par: Julie Lambert
Les propriétaires du restaurant Le Varvo, Jacques Pelletier et Diane Joyal-Pelletier, mettront la clé dans la porte en septembre prochain. | Photo: TC Média – Julie Lambert

Les propriétaires du restaurant Le Varvo, Jacques Pelletier et Diane Joyal-Pelletier, mettront la clé dans la porte en septembre prochain. | Photo: TC Média – Julie Lambert

Après 25 saisons à préparer la traditionnelle gibelotte, les propriétaires du Varvo, Diane Joyal-Pelletier et Jacques Pelletier, fermeront leur restaurant en septembre prochain. La tête remplie de bons souvenirs, ils se disent prêts à passer à une autre étape en espérant que d’autres personnes prendront la relève.

C’est avec beaucoup de bonheur que les propriétaires se souviennent des débuts de leur aventure il y a près de 25 ans. Ils avaient racheté le commerce qui se trouvait à cette époque au sous-sol du bâtiment, situé au 3139, chemin du Chenal-du-Moine.

Après plusieurs années à subir les aléas de la nature avec ses inondations courantes dans les îles de Sainte-Anne-de-Sorel, ils ont aménagé le restaurant sur le premier plancher où ils opèrent toujours actuellement.

« Ce sont nos seuls mauvais souvenirs. C’était beaucoup de travail de rénover chaque printemps avant d’ouvrir à nouveau nos portes. La problématique a bien failli me faire lancer la serviette », raconte M. Pelletier.

Sa femme, Diane, pense qu’elle ne changerait rien à toutes ces années passées à diriger le restaurant. Pour elle, chaque client était un membre de la famille, tout comme son personnel.

Elle compte de nombreux souvenirs alors que son restaurant est devenu un véritable lieu de rassemblement où les gens aimaient manger et faire la fête.

« Nous avons été choyés avec notre clientèle. Des gens venaient chaque année faire une sorte de pèlerinage. J’ai vu des filles fréquenter le restaurant, revenir avec leurs enfants. Ça me rend nostalgique, nous avons eu tellement de plaisir », souligne-t-elle.

Ouvert sept jours par semaine, le restaurant a occupé les deux sexagénaires pendant plusieurs années. Ils souhaitent maintenant prendre un rythme de travail plus lent après la fermeture, même si l’avenir sans le restaurant les inquiète un peu. Le dada de Mme Joyal-Pelletier a toujours été de travailler dans sa cuisine et de faire découvrir sa populaire gibelotte.

À vendre

Le bâtiment incluant le restaurant et un appartement cherche toujours un preneur. La cuisinière espère vraiment que quelqu’un d’autre prendra la relève. Elle se dit même prête à l’aider.

« Il ne reste tellement plus de restaurants dans les îles. C’est ici qu’est née la gibelotte, ce serait dommage de perdre cette tradition. On y a mis beaucoup de temps et d’énergie. On a commencé à y penser l’an dernier, mais on a hésité. Maintenant, on aimerait regarder vers l’avenir », souligne Mme Joyal-Pelletier.

Pour souligner l’événement, les propriétaires feront un party de fermeture à la fin du mois de septembre, affirment-ils. Ils veulent à cette occasion remercier leurs clients, mais aussi se rappeler de bons souvenirs avec eux.

« Nous sommes en train de travailler cela. On voudrait faire quelque chose pour voir nos anciens et nouveaux clients. Nous voulions aussi remercier notre personnel pour toutes ces années. Ce sera une sorte de retrouvailles », conclut la propriétaire.

image