1 novembre 2015
Le traversier reprend du service demain matin, 4h30
Par: Louise Grégoire-Racicot
Le traversier reprendra du service dès demain matin. | Photo TC M.dia - Archives

Le traversier reprendra du service dès demain matin. | Photo TC M.dia - Archives

Le traversier entre Sorel-Tracy et Saint-Ignace de Loyola reprendra « le large » dès demain matin, 4h30.

Les 150 officiers de navigation et de la salle des machines en grève depuis le 13 octobre dernier ont en effet accepté, dans une proportion de 80%, un nouveau contrat de travail.

C’est un conseiller syndical, Gordon Ringuette, qui a commenté, pour la section locale 9538 du Syndicat des Métallos qui a annoncé la nouvelle, dimanche en fin d’ après-midi.

« Le contrat permet d’améliorer la situation spécifique des officiers mécaniciens et de navigation. Il comprend cependant quatre clauses dites remorques, car elles dépendent du résultat des négociations que Québec conclura avec ses employés de la fonction publique. Ils arrimeronta alors les salaires, les conditions de retraite, les droits parentaux et la durée de la convention.

M. Ringuette a fait valoir que cette grève aurait pu être évitée si l’employeur avait accepté de discuter dès le début des enjeux propres au secteur maritime la fin de semaine avant qu’elle ne débute..

« Ce n’est que le samedi 24 octobre que l’employeur a consenti à discuter de nos demandes, qu’il avait pourtant en main depuis le 2 juin. La preuve que nous étions prêts à discuter, c’est que nous avons accepté cette convention à 80%. Nous sommes heureux du dénouement et nos membres sont contents de retourner à bord de leurs bateaux pour servir la population », fait-il valoir.

Un service essentiel

Mais, a-t-il aussi spécifié, les syndiqu.és sont heureux des gains réalisés aux chapitres des primes et leur intégration dans le calcul du fonds de retraite et de l’assurance,

Il a toutefois souligné que ce sont les syndiqués, de concert avec la Socié.té des traversiers, qui oknt décidé que la notion de service essentiel ne s’appliquait pas à Sorel-tracy-St-Ignace de Loyola.

« Cette décision n’appartient pas qu’aux travailleurs. Elle a été acceptée conjointement par les deux parties, signée, puis homologuée auprès de la Cour. Alors quand les maires ne visent que nous pour la dénoncer, ils devraient être mieux informés », a-t-il réagi, spécifiant que les services essentiels sont définis une fois une grève votée. Ils peuvent différer d’une année à l’autre, conclut-il.

La Société des traversiers du Québec n’a pas encore, pour sa part. fait connaitre ses réactions à cette entente.

image