29 mai 2018
Club de golf Continental à Sainte-Victoire-de-Sorel
Le projet de développement résidentiel toujours en attente du feu vert de la CPTAQ
Par: Julie Lambert

Le projet de développement résidentiel pour aider financièrement le club de golf Continental est toujours sur la glace. (Photo : Pascal Cournoyer)

Les promoteurs du projet récréotouristique et résidentiel de 130 unités prévu sur le parcours Richelieu du club de golf Continental de Sainte-Victoire-de-Sorel ne verront pas leur projet se concrétiser ce printemps. En raison du rejet de la Commission de protection du territoire agricole (CPTAQ) de changer le zonage agricole, ils ont déposé une demande d’audience publique, le 3 mai, afin de tenter de convaincre l’organisme.

La direction du club de golf avait demandé qu’une nouvelle utilisation d’une partie de ses terrains soit approuvée dans ce secteur zoné agricole en juin 2017. La municipalité a approuvé ce changement et donné son appui au projet, tout comme la MRC de Pierre-De Saurel, mais une nouvelle demande avait dû être déposée en août au nom de la municipalité pour qu’elle soit conforme.

La CPTAQ a fait connaître sa décision préliminaire en avril dernier. Dans le document, on peut lire que la Commission comprend le désir de la municipalité de Sainte-Victoire-de-Sorel d’accueillir de nouvelles familles, mais qu’elle juge que sa mission est de soutenir la conservation du territoire agricole.

« Selon les informations au dossier, la municipalité dispose de plus de 40 hectares d’espaces disponibles à des fins résidentielles ce qui est largement suffisant pour combler ses besoins pour les 15 prochaines années. La Municipalité affirme d’ailleurs dans le document argumentaire versé au dossier qu’une superficie de 16,2 hectares (ne comprenant pas les infrastructures) serait requise pour combler ses besoins résidentiels pour les 15 prochaines années », peut-on lire dans la décision.

Encore un espoir

Le professionnel en titre du club de golf et gestionnaire du projet, Christian Manègre, ne s’avoue pas vaincu par ce contretemps. Même si le projet est repoussé, il est encore certain de convaincre les membres de la Commission du bien-fondé de ce projet lors d’une audience publique.

« Nous allons présenter notre projet avec l’aide d’un avocat spécialisé. On a fait une demande pour avoir une rencontre. Nous sommes en attente de recevoir notre avis de convocation. Nous l’aurons probablement vers le mois d’août ou septembre. Nous n’avons pas encore eu l’autorisation, mais on va aller leur expliquer et faire valoir notre droit. On s’attendait à que ce soit long puisque leur rôle est de protéger le territoire, mais il faut leur montrer la nature complète du dossier », souligne Christian Manègre.

Le maire de la municipalité, Michel Aucoin, espère également que les promoteurs pourront faire pencher la balance de leur côté puisqu’il est certain qu’un tel projet serait bénéfique pour sa municipalité.

« C’est un projet qui pourrait nous aider financièrement puisqu’en accueillant plus de familles, nous aurions plus de taxes municipales. Nous sommes confiants. Les promoteurs nous ont dit qu’ils allaient avoir un avocat pour les aider dans leurs démarches et ils vont venir nous présenter le dossier. On va se croiser les doigts pour que cela passe », a-t-il réagi.

La porte-parole de la CPTAQ, Éliane Sfeir, souligne que le dossier est toujours en cours de traitement et que les personnes en désaccord avec la décision ont plusieurs possibilités.

« Les demandeurs ont deux possibilités lorsqu’ils ne sont pas d’accord avec les résultats de l’analyse préliminaire, soit d’envoyer leurs observations écrites ou de demander une audience publique. En moyenne, il y a un délai de trois mois, mais c’est plus difficile l’été. L’audience peut avoir lieu à la municipalité, mais cela n’a pas été demandé dans ce cas-ci, donc elle aura lieu à Longueuil », conclut-elle.

L’an dernier, le club de golf Continental a fermé son parcours Richelieu. Le nombre de trous est ainsi passé de 36 à 18. Les promoteurs souhaitent y construire des habitations comme des maisons unifamiliales, des condominiums et même des micro-maisons sur l’ancien parcours.

image