20 juillet 2020
Dans la cour de la Maison des gouverneurs jusqu’en avril 2021
Le photographe Jean-François Birtz expose ses clichés en grand format
Par: Katy Desrosiers
Jean-François Birtz présente ses photos en grand format jusqu’en avril 2021 à l’extérieur de la Maison des gouverneurs.
Photo Pascal Cournoyer | Les 2 Rives ©

Jean-François Birtz présente ses photos en grand format jusqu’en avril 2021 à l’extérieur de la Maison des gouverneurs. Photo Pascal Cournoyer | Les 2 Rives ©

L’exposition compte 32 photographies, dont plusieurs d’événements culturels et sportifs. Photo Pascal Cournoyer | Les 2 Rives ©

Jean-François Birtz entouré de Jessica Gauthier et Dominic Roy, deux athlètes québécois reconnus dans le monde du rodéo. Le photographe a pu croquer plusieurs photos d’eux lors du Festival western de Saint-Tite. Photo Pascal Cournoyer | Les 2 Rives ©

Une des têtes d’affiches du Festival western de Saint-Tite, la cowgirl Jessica Gauthier, est venue à Sorel-Tracy pour signer son portrait réalisé par Jean-François Birtz. Photo Birtz Photographie

Une des photos coup de coeur du Club photo Sorel-Tracy ayant été prise près du quai Catherine-Legardeur à partir d’un drone. Photo Pascal Gagnon

Le photographe Jean-François Birtz expose 32 de ses photos en grand format jusqu’en avril 2021 dans la cour de la Maison des gouverneurs. Parmi les clichés se retrouvent plusieurs photos sportives, dont certaines du boxeur David Théroux et du hockeyeur Anthony Beauvillier.

Publicité
Activer le son

« Plus de 50 % des photos sont prises à Sorel-Tracy ou sont indirectement liées à la ville. Pour le reste, je couvre beaucoup de sports extrêmes », souligne Jean-François Birtz.

Près de la rivière se retrouveront majoritairement des photos captées l’hiver. Les visiteurs pourront y observer, entre autres, des photos du hockeyeur sorelois Anthony Beauvillier, des Éperviers de Sorel-Tracy, de la Course de canot à glace et de sauts extrêmes de motoneige.

Ailleurs dans l’exposition, intitulée L’éphémère immortalisé, se retrouveront aussi des photos d’événements, comme différents feux d’artifice.

Le photographe a également réalisé des clichés du patineur de vitesse Charles Hamelin, dont la mère réside à Sorel-Tracy, et du boxeur David Théroux. Il sera aussi possible d’apercevoir certaines photos d’eux.

Afin de sélectionner les 32 photos finales, Jean-François Birtz a fouillé dans ses 250 000 photos.

« Je voulais couvrir le maximum d’événements que j’ai faits à Sorel-Tracy, donc il a fallu que je recule jusqu’en 2015. Donc oui, ç’a été quand même beaucoup d’ouvrage de trouver des photos intéressantes à regarder. Comme une photo c’est mort, ce que j’aime, c’est que ça dégage une émotion ou qu’on se dise « Wow! », sinon je ne la garde pas », mentionne-t-il.

Le vernissage s’est déroulé le dimanche 19 juillet devant un public réduit. Pour la première fois, les photos demeureront affichées tout l’hiver. Si elles résistent bien aux intempéries, la Ville de Sorel-Tracy aimerait proposer deux expositions par an, une l’été et une l’hiver.

La piqûre de la photographie

En 2011, à la naissance de sa fille, Jean-François Birtz s’est procuré un appareil semi-professionnel afin de capter de beaux moments en famille.

Rapidement, il s’est rendu compte que pour réaliser des photos de haute qualité, il fallait bien plus. Avec les années, il a développé ses capacités et en 2014, il enchaînait déjà avec de plus en plus de contrats.

Plus jeune, il pratiquait des sports extrêmes comme la planche à neige avec sauts, le patin à roues alignées et la planche à roulettes. Cette passion a teinté sa pratique comme photographe.

« J’ai tout le temps aimé ce genre de sports, donc je sais quand figer le moment pour que ça fasse une bonne photo. N’importe quel photographe va figer la photo, mais des fois, ce n’est pas exactement ce que les compétiteurs aimeraient avoir. Ça dure une fraction de seconde ce moment-là. Ça se peut que tu sois un peu avant ou après, mais les compétiteurs, c’est le bon moment qu’ils veulent », explique-t-il.

Bien qu’il conserve un emploi stable la semaine, il s’est lancé dans l’aventure de la photographie à pieds joints. En 2014, il a photographié pour le plaisir des rodéos lors du Festival western de Saint-Tite. L’année suivante, il décrochait un contrat avec le Festival et il est toujours à l’emploi de l’organisation depuis ce temps. Cette année, il a aussi décroché un contrat avec la firme Wildtime production qui organise des rodéos partout au Québec.

En raison de la COVID-19, son été 2020 est en quelque sorte sur pause. Malgré tout, ses photographies continuent de voyager. Certaines se sont retrouvées dans une revue équestre à Paris et dans une populaire revue de rodéo aux États-Unis.

Le photographe a aussi des photos qui ont été exposées au Musée POP de la culture populaire à Trois-Rivières. Également, le Motel Cowboys Express de Saint-Séverin près de Saint-Tite expose ses photos dans les couloirs et les chambres de l’établissement.

Le Club photo Sorel-Tracy expose jusqu’en octobre au parc Regard-sur-le-Fleuve

L’exposition de clichés grands format La photo en fête!, du Club photo Sorel-Tracy, sera présentée jusqu’au 31 octobre prochain, au parc Regard-sur-le-Fleuve. Le Club photo Sorel-Tracy, qui fête son 10e anniversaire, présente des clichés inédits de photographes passionnés de leur art. Il s’agit de coups de cœur des membres du groupe.

Avec la collaboration de Jean-Philippe Morin

image