20 novembre 2015
Le pédophile Peter Young pourrait écoper de 9 ans et demi de prison
Par: Sarah-Eve Charland
Peter Young a reconnu sa culpabilité concernant l’ensemble des chefs d’accusation en matière de crimes sexuels. | Photo: TC Média - Archives

Peter Young a reconnu sa culpabilité concernant l’ensemble des chefs d’accusation en matière de crimes sexuels. | Photo: TC Média - Archives

Le pédophile Peter Young, qui a sévi au cours des 39 dernières années sur 11 différentes victimes mineures, pourrait écoper de 9 ans et demi de prison.

C’est ce qu’a suggéré la procureure de la Couronne lors des représentations sur sentence qui se sont déroulées le 19 novembre au palais de justice de Sorel-Tracy. Alors que de son côté, l’avocate de l’accusé demande sa libération après deux ans et demi de détention préventive.

L’homme qui a été arrêté en mai 2013 a plaidé coupable à l’ensemble des 19 chefs d’accusation, dont contacts sexuels sur un enfant de moins de quatorze ans, agression sexuelle et atteinte à la pudeur.

La procureure de la Couronne, Marie-Josée Bergeron, a proposé une peine de 9 ans et demi en plus de demander qu’il soit enregistré comme délinquant contrôlé sur une période de 10 ans, une proposition appuyée par des rapports présentenciels et sexologiques.

« On parle d’un individu qui a sévi pendant 39 ans. La plupart des victimes avaient moins de 10 ans. C’est ma définition d’un prédateur. C’est inquiétant. Le psychiatre, dans son rapport, s’appuie sur la nécessité d’un encadrement », a-t-elle plaidé devant le juge Denys Noël.

Elle demande également qu’il soit enregistré sur le registre des délinquants sexuels à perpétuité, qu’il lui soit interdit de se trouver dans un parc ou lieu public où pourraient se trouver des enfants de moins de 16 ans, ainsi qu’une interdiction de contact avec les victimes.

La défense demande la libération

De son côté, la procureure de la défense, Annie Francoeur, croit que le temps purgé pendant toute la durée des procédures est suffisant. M. Young est en prison depuis 2 ans et 6 mois. Le temps provisoire, calculé 1,5 jour par jour, représente donc 3 ans et 9 mois.

Elle a basé son argumentaire sur le fait que M. Young serait déficient intellectuel. Elle a déposé un rapport d’évaluation sur l’état psychologique de l’individu. Pour le moment, la procureure de la Couronne a demandé un délai afin de faire des vérifications au sujet du rapport.

« Ce n’est pas un prédateur sexuel comme le décrit Me Bergeron. Il n’a pas parfaitement conscience de ce qu’il a fait. Pas totalement. Il savait qu’il faisait quelque chose de mal. Je vous demande de tenir compte de la condition de l’individu », a-t-elle affirmé en s’adressant au juge.

Ce dernier s’est montré peu enclin à suivre la voie de Me Francoeur même s’il a affirmé qu’il se prononcera ultérieurement. « Votre suggestion est clémente Me Francoeur. »

Le dossier reviendra devant la cour le 25 novembre. La procureure de la Couronne se prononcera sur la recevabilité du rapport sur l’état psychologique de Peter Young.

image