11 mars 2021
Le milieu culturel se retrousse les manches
Par: Katy Desrosiers

Les spectacles dans les parcs à Sorel-Tracy font partie des activités qui ont pu se poursuivre malgré la pandémie. Photo gracieuseté

Azimut diffusion avait entièrement adapté sa salle pour recevoir des spectateurs avant le reconfinement en octobre 2020. Photo gracieuseté

Ce n’est un secret pour personne que la pandémie a particulièrement écorché le milieu culturel. Le mot adaptation, très populaire en 2020, est celui qui décrit le mieux le quotidien des artistes et des organismes culturels.

Publicité
Activer le son

À la Ville de Sorel-Tracy, le mot d’ordre depuis le déconfinement en juin était de maintenir le plus possible les activités, tout en respectant les normes de la Santé publique.

La cheffe de division, programmes et événements du Service des loisirs de la Ville de Sorel-Tracy, Christine Bouvette, avoue que ce fut un grand défi puisqu’adapter les activités demande énormément de changements dans les façons de faire et souvent, cela nécessite beaucoup plus de temps.

Par exemple, les spectacles dans les parcs ont eu lieu, mais devant un public plus restreint. La Maison des gouverneurs était ouverte l’été. Les expositions ont été maintenues et les spectacles se sont déroulés en mode virtuel. Dans sa cour, l’exposition grands formats de Jean-François Birtz a été accessible cet hiver grâce à chemin déneigé. Un jeu-questionnaire interactif a aussi été créé. Pour Mme Bouvette, ce type d’initiative est importante. « Tout le monde est en virtuel et branché pour le télétravail. Je pense qu’il faut offrir des activités ou permettre les infrastructures qui font sortir les gens », affirme-t-elle.

Aussi, les bibliothèques ont tenu les heures du conte et des ateliers de bricolage en ligne. La politique d’acquisition d’œuvres d’art s’est poursuivie, même si le vernissage doit être reporté.

Certaines activités comme les cours et spectacles de danse ont été suspendues. Toutefois, un cours est offert en ligne pour les enfants cet hiver. Le maintien des ateliers en milieu scolaire a aussi été difficile.

Pour les prochains mois, la Ville souhaite maintenir le plus possible les activités et trouver de nouvelles façons de faire pour susciter l’intérêt des gens.

Mme Bouvette souligne le travail de la régisseuse culturelle Julie Gauthier-Lafond et de l’équipe des loisirs. Elle soutient aussi que les partenaires de la Ville, comme la Société historique Pierre-De-Saurel, n’ont pas hésité à embarquer pour diversifier l’offre culturelle et de loisir.

Stimuler l’innovation

À la MRC de Pierre-De Saurel, la coordonnatrice au développement culturel, Marie-Pier Lachance, explique que les axes de priorité du plan de soutien ont dû être revus. Le soutien à la création artistique est devenu le projet numéro un.

Un réseau de relayeurs de l’information artistique et culturelle dans la région a été mis sur pied. Chaque municipalité participant à la mise en œuvre de la politique culturelle a maintenant deux représentants pour le réseau, un élu et un employé. Il y a 20 représentants au total. Ces personnes répondent aux demandes des artistes ou des organismes du milieu et réfèrent au besoin à Mme Lachance. « La communication sur le territoire est beaucoup mieux depuis l’implantation de ce réseau », mentionne Marie-Pier Lachance.

Le projet Patrie innovante a aussi été mis sur pied en juin pour soutenir les artistes. Deux appels de projets ont été réalisés et 10 bourses de 1500 $ ont été octroyées à 11 artistes de la région.

Avec la pandémie, la MRC s’est encore plus aperçu de l’importance de bien soutenir les intervenants culturels du territoire. Pour que la région soit innovante en matière de développement culturel, il ne faut pas que les intervenants soient en mode survie pour des contrats, évoque Mme Lachance.

La coordonnatrice travaille sur de nouveaux projets avec le comité régional culturel, présidé par la mairesse de Yamaska, Diane De Tonnancourt. Un nouveau plan d’action sera établi. Le groupe Facebook Culture Pierre-De Saurel est aussi toujours actif. Il se veut un lieu d’échange et d’entraide pour tous les intervenants du milieu culturel de la région.

Les organismes culturels misent sur le virtuel

Chez Azimut diffusion, beaucoup d’énergie a été mise sur l’adaptation des spectacles en mode virtuel. Plusieurs ont pu se tenir de cette manière, mais ce n’est pas tous les types d’art qui s’y portaient. Par exemple, il a fallu reporter les spectacles d’humour.

Un autre casse-tête a été de reporter certains spectacles plusieurs fois et créer une programmation hivernale 2021 en ne sachant pas ce que l’avenir réservait.

Du côté de la Maison de la musique de Sorel-Tracy, la directrice générale Rachel Doyon souhaite aussi se procurer du matériel afin d’offrir des concerts virtuels. Elle croit que la pratique pourrait perdurer dans le temps et permettre d’offrir à long terme du contenu plus diversifié à la clientèle.

image