27 mars 2017
Le message ne passe pas dans la région
Par: Sarah-Eve Charland
La SAAQ a lancé une campagne nationale de sensibilisation sur le port de la ceinture de sécurité le 27 mars. Elle se poursuivra jusqu’au 23 avril. | TC Média - Pascal Cournoyer

La SAAQ a lancé une campagne nationale de sensibilisation sur le port de la ceinture de sécurité le 27 mars. Elle se poursuivra jusqu’au 23 avril. | TC Média - Pascal Cournoyer

Malgré des messages de sensibilisation accrus au fil des années, le nombre d’infractions liées au port de la ceinture de sécurité ne s’est pas amélioré en 10 ans. Ce type d’infraction se situe au deuxième rang des plus courantes dans la MRC Pierre-De Saurel après les excès de vitesse.

En 2006, la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ) a enregistré 456 infractions liées au port de la ceinture de sécurité dans une automobile. En 2015, 422 infractions ont été décernées malgré des messages de prévention répétitifs de la SAAQ.

Cette statistique dépasse près du double des infractions liées à l’utilisation d’un appareil électronique en conduisant, soit 205 en 2015.

Sans commenter ces statistiques, le porte-parole de la SAAQ, Mario Vaillancourt, affirme que le port de la ceinture demeure une priorité.

« C’est un message qu’il faut répéter d’année en année. Le port de la ceinture de sécurité pourrait éviter environ 40% des décès par année sur les routes au Québec. Ce sont des comportements qu’on voit partout dans la province », affirme-t-il.

Même si près de 96% de la population porte la ceinture de sécurité, cette statistique diminue au cours de la nuit.

« Combiné avec d’autres facteurs, comme les facultés affaiblies, ce taux diminue. Quand les gens ne font pas une grande distance, ils croient que ce n’est pas nécessaire. C’est pourtant très pertinent de boucler la ceinture », explique M. Vaillancourt.

La porte-parole de la Sûreté du Québec, Ingrid Asselin, abonde dans le même sens. « Ça fait partie des premières causes de blessés ou de décès lors de graves collisions. On met donc beaucoup d’efforts tous les ans pour sensibiliser la population. »

L’instructrice de l’école de conduite Bouvier, Denise Drolet, est surprise des statistiques. « J’aurais pensé que le cellulaire au volant aurait figuré dans les premiers. Peut-être que certaines opérations sont plus ciblées. »

Excès de vitesse

Les excès de vitesse représentent le plus grande nombre d’infractions (4291) enregistrées auprès de la SAAQ en 2015.

« C’est aussi l’une des principales causes de décès au Québec. Si chaque conducteur réduisait de 5 km/h sa vitesse, on diminuerait de 15% le nombre d’accidents. Il y a beaucoup de travail à faire. Le consensus social est plus difficile à atteindre », croit M. Vaillancourt.

Il ajoute que les excès de vitesse sont souvent banalisés, voire valorisés dans certains cas. L’institutrice Denise Drolet fait le même constat.

« Quand on demande quelle est la limite de vitesse sur l’autoroute, les jeunes répondent que c’est environ 120 km/h. On doit donc les ramener au Code de la sécurité routière. On fait énormément de sensibilisation », conclut-elle.

2011

2012

2013

2014

2015

Montérégie en 2015

Excès de vitesse

5402

4074

5122

4424

4291

131 728

Omission de porter la ceinture de sécurité

273

463

357

332

422

23 278

Cellulaire au volant

279

314

268

243

205

6934

Omission de se conformer à un feu rouge

145

117

136

113

121

11 055

Omission de se conformer à un arrêt

356

437

414

392

408

5859

image