22 juin 2020
Le maire répond aux questions
Par: Sébastien Lacroix
Le maire Serge Péloquin a rendu public le contenu des réponses aux questions adressées au sujet du Centre des arts contemporains du Québec à Sorel-Tracy.
Photo YouTube – Ville de Sorel-Tracy

Le maire Serge Péloquin a rendu public le contenu des réponses aux questions adressées au sujet du Centre des arts contemporains du Québec à Sorel-Tracy. Photo YouTube – Ville de Sorel-Tracy

Le maire Serge Péloquin a rendu public le contenu des questions adressées au conseil, le 1er juin dernier, par l’ancienne conseillère Corina Bastiani et la photographe Nathalie Bergeron (NathB) concernant le chantier du Centre des arts contemporains du Québec sur le quai Richelieu.

Publicité
Activer le son

Quiconque veut prendre connaissance des réponses fournies par la Ville de Sorel-Tracy peut s’adresser à info@ville.sorel-tracy.qc.ca. Il a expliqué que le délai de réponse, qui arrive le jour même du début du chantier, s’explique par le fait qu’il a fallu aller chercher plusieurs éléments d’informations pour produire le document.

On y apprend par exemple que le premier bâtiment qui sera construit aura une dimension de 30 pieds de largeur par 76 pieds de longueur et une hauteur de 25 pieds au niveau de la rue de la Reine et 36 pieds au niveau du quai.

Quant à savoir si la Ville considère le paysage comme un patrimoine naturel, alors que celui-ci sera modifié par la reconstruction du bâtiment à côté de l’ancien, on rétorque qu’il n’existe pas de politique à cet effet à Sorel-Tracy.

Le maire a également répondu à une question de Fernand Gignac qui s’interrogeait à savoir si les subventions pourraient être retardées en raison de la pandémie et les sommes colossales injectées par le gouvernement canadien pour soutenir l’économie.

Il a rappelé que le financement du Projet 1 est déjà ficelé et que la Ville n’a eu qu’à y injecter la somme provenant des assurances de l’incendie de l’ancien bâtiment. Il a ajouté que le financement du Projet 2 est presque complété et que c’est le ministère [Patrimoine Canada] qui a recommandé d’y aller en deux projets.

Pour ce qui est de l’aménagement du quai Richelieu, le maire a assuré qu’il y aurait des discussions avec les gens du quartier et que des aires de repos ainsi que des aménagements pour les cyclistes, les piétons et les pêcheurs pourraient y être inclus.

Des réparations exigées sur un bâtiment de l’avenue Hôtel-Dieu

Près de deux mois après avoir retiré le point de l’ordre du jour, la Ville a décidé d’aller de l’avant et d’entreprendre des procédures judiciaires afin de forcer le propriétaire du bâtiment situé au 60, avenue de l’Hôtel-Dieu, Richard Falardeau, à faire les réparations nécessaires.

Le conseil a mandaté Me Laurence Cournoyer pour obtenir une ordonnance de démolition. Une procédure qui est généralement entreprise lorsqu’un bâtiment n’est pas aux normes et qu’il peut présenter des risques pour les occupants.

« On aimerait échanger avec le propriétaire, mais c’est très difficile, a souligné le maire de Sorel-Tracy, Serge Péloquin. On procède donc de cette façon pour faire avancer le dossier. »

Selon le dernier rôle triennal d’évaluation, la valeur du bâtiment de six logements et plus, qui abrite également la Librairie Mario Bastiani, a été revue à la baisse, cette année. Elle est passée de 75 700 $, de 2017 à 2019, à 63 400 $, de 2020 à 2022.

Une traverse à la hauteur de la rue Auber

Le conseil municipal a adressé une autre demande au ministère des Transports du Québec (MTQ) concernant la sécurité sur le boulevard Fiset. Cette fois pour que soient installés une présignalisation, une signalisation et un marquage de la chaussée identifiant la piste cyclable municipale de la rue Auber. Un endroit où la circulation est plus dense avec la présence de la prison et des activités commerciales.

Il y a quelques années, il avait même été question d’installer des feux de circulation à cet endroit afin d’améliorer la sécurité et la fluidité de l’intersection. En mai 2018, on apprenait qu’une entente était en élaboration à ce sujet entre la Ville et le MTQ. Deux ans plus tard, toujours rien n’a été réalisé.

Maude Péloquin entre en poste

Le conseil a entériné l’embauche d’une employée cadre au poste de conseillère déléguée au volet mairie et conseil municipal en remplacement de l’ancien candidat. Il s’agit de Maude Péloquin qui est entrée en poste graduellement au cours des derniers jours.

Maude Péloquin œuvre dans le monde des communications depuis 2013 pour le Réseau Technoscience qui vise à promouvoir les sciences et les technologies chez les jeunes de 4 à 20 ans à travers différentes activités. Elle avait fait ses premiers pas dans le domaine pour le comité de Saint-Ours en fête et pour la Fondation du Cégep de Sorel-Tracy.

Maintien de la vitesse à 70 km/h sur Fiset : Saint-Robert reçoit des appuis

La position de Saint-Robert de maintenir la vitesse à 70 km/h sur le boulevard Fiset, jusqu’aux limites de la municipalité du boulevard Poliquin, a reçu des appuis d’autres conseils municipaux.

C’est notamment le cas de Sainte-Anne-de-Sorel qui est aussi directement touchée par cette artère de circulation. Saint-David a aussi adopté une résolution en ce sens.

On se souviendra que la Ville de Sorel-Tracy avait demandé à Saint-Robert de documenter sa position. Puisqu’elle souhaitait de son côté une réduction à 50 km/h, jugeant que cette zone est en milieu urbain.

Dans une nouvelle résolution adoptée lors de la dernière séance, le conseil de Saint-Robert a répondu que des études du ministère des Transports (MTQ) ont déjà été menées et qu’il en était venu à la conclusion de maintenir le 70 km/h sur le tronçon entre le rang Sainte-Thérèse et la municipalité de Saint-Robert.

Il a également rappelé qu’une bande centrale avec clôture avait été proposée par le MTQ pour limiter les virages à gauche et réduire le nombre d’accidents, mais que cette proposition avait été refusée par la Ville de Sorel-Tracy.

Saint-Robert fait valoir que la solution passerait plutôt par une surveillance policière accrue, l’amélioration de la qualité de roulement et le prolongement de l’autoroute 30 jusqu’à la route 122, en route rurale.

image