20 décembre 2018
Prix de la Fondation David Suzuki
Le dévouement du Mouvement écologique du comté de Richelieu ne passe pas inaperçu
Par: Julie Lambert

Les projets du Mouvement écologique du comté de Richelieu n'ont pas obtenu la faveur des membres du jury du prix Québec Demain. Photo Valérie-Anne Fontaine.

Finaliste au prix de la Fondation David Suzuki, le Mouvement écologique du comté de Richelieu (MECR) n’a pas réussi à récolter autant de votes auprès des citoyens que d’autres projets qui ont remporté le prix de 4000 $. Sa persévérance a toutefois impressionné l’organisme qui lui a offert son soutien pour la réalisation de ses futurs projets.

Les membres du MECR avaient lancé une campagne de mobilisation du 1er au 10 décembre afin de remporter le prix Demain le Québec de la Fondation David Suzuki. Ce concours, qui comptait 12 finalistes, vise à reconnaître l’engagement citoyen et à récompenser des projets verts à travers le Québec.

La Fondation a enregistré un nombre record de 200 candidatures et près de 13 000 votes de citoyens. Cette situation a même fait en sorte que l’organisme a désigné deux gagnants du prix Demain Québec cette année en plus de son Prix du public.

Malgré les efforts du regroupement sorelois, ce sont le Festival Zéro Déchet et la Mission 100 tonnes qui l’ont emporté. L’escouade anti-gaspillage alimentaire de Gatineau a obtenu le Prix du Public. La vague de mobilisation a toutefois été très positive, croit la présidente du MECR, Valérie-Anne Fontaine.

« Même si nous n’avons pas gagné, nous avons obtenu un rayonnement à l’intérieur tout comme à l’extérieur de la région. Nous avons eu une mobilisation incroyable. Les gens de la Fondation ont été impressionnés par nos projets. Ils nous ont proposé de nous mentorer vers notre transition écologique lors de nos prochains projets. La reconnaissance de la Fondation est aussi une belle récompense », se réjouit-elle.

Au cours des prochains mois, le groupe de citoyens planchera sur de nouveaux projets, assure-t-elle. Le MECR en a initié plusieurs à Sorel-Tracy, dont les Incroyables Comestibles, les Récoltes oubliées et le premier frigo communautaire Touski au centre-ville. La prochaine étape pourrait être une coop de produits en vrac, ajoute Mme Fontaine.

« Nous avons des choses à officialiser en 2019, mais on vise des espaces collectifs et une coop vrac. On va travailler là-dessus pour mettre des actions concrètes en place en 2019. On a eu la chance d’avoir une coopération extraordinaire à tous les niveaux, autant des politiciens que des entrepreneurs ou des citoyens. Cet appui est venu prouver la pertinence d’embarquer dans cette transition », conclut la présidente.

image