18 septembre 2018
Le développement économique de Contrecœur au cœur des élections
Par: Sarah-Eve Charland

Les candidats aux élections dans Verchères se sont prononcés sur les enjeux entourant l'agrandissement du Port de Montréal. (Photo : Gracieuseté)

Le journal Les 2 Rives a invité les candidats aux élections provinciales dans la circonscription de Verchères à se prononcer sur le principal enjeu économique de Contrecœur. La plupart des projets économiques, dont le pôle logistique, sont tributaires de l’agrandissement du Port de Montréal. Quel geste comptent-ils poser pour faire débloquer ce projet et ainsi permettre à Contrecœur de se développer davantage?

Un équilibre entre environnement et économie pour Stéphane Bergeron

Le député sortant et candidat pour le Parti québécois, Stéphane Bergeron, croit que plusieurs actions peuvent être mises en place par un député provincial même si le dossier de l’agrandissement du Port de Montréal sera traité principalement au niveau fédéral.

«Il y a certainement des choses qui peuvent être faites pour accélérer le processus. Les présences de l’hirondelle de plage et de la rainette faux-grillon semblent être les derniers obstacles connus. On peut trouver des solutions durables pour favoriser l’environnement sans nuire au développement du Port de Montréal », croit-il.

Il ajoute avoir déjà rencontré les intervenants du milieu agricole, qui craignent une expropriation, et les autorités municipales afin de trouver des solutions pour diminuer les tensions entourant l’implantation du pôle logistique.

« On n’est plus en mode projet. On est déjà en mode solution et ce, depuis quelques mois. »

Suzanne Dansereau veut mettre de la pression

La candidate de la Coalition Avenir Québec, Suzanne Dansereau, compte travailler sur le pôle logistique, la zone industrialo-portuaire et l’agrandissement du Port de Montréal au niveau provincial après y avoir travaillé pendant de nombreuses années au niveau municipal. Elle a été mairesse de Contrecœur de 2001 à 2017.

« J’ai fait le saut au provincial pour faire avancer ces projets. Quand François Legault dit que ça ne bouge pas, c’est vrai. Aucun projet n’a avancé au cours des six derniers mois. Le pôle logistique se retrouve en zone industrielle lourde. Tous les terrains sont touchés par des contraintes environnementales », affirme-t-elle.

Elle estime qu’il est important d’obtenir un équilibre entre les enjeux environnementaux et le développement économique. « En tant que députée, j’aurai plus de pouvoir qu’au poste de mairesse. On peut faire de la pression et s’asseoir avec tous les intervenants pour négocier. Je ne comprends pas pourquoi il n’y a pas eu plus de pression », conclut-elle.

Augmenter le salaire minimum selon Québec solidaire

Le candidat de Québec solidaire, Jean-René Péloquin, croit que les enjeux de l’agrandissement du Port de Montréal se joueront surtout au niveau fédéral. Il reconnaît l’importance du développement économique qui sera engendré par ce projet.

« On ne peut qu’encourager le projet au niveau provincial ou préparer le terrain. On pense que ce sera robotisé. Je crois qu’il n’y aura pas beaucoup de nouveaux emplois à l’intérieur du Port de Montréal, mais plutôt aux alentours dans les Petites et moyennes entreprises (PME). Québec solidaire propose un salaire minimum à 15$ de l’heure qui permettrait des emplois intéressants et des salaires décents », conclut-il.

Chaque candidat représenté par un parti à l’Assemblée nationale était invité à répondre à cette question sur Contrecœur sans la connaître d’avance. Parmi les quatre candidats, seule celle du Parti libéral, Agieszka Wnorowska, n’a pas accepté de participer à l’exercice.

image