13 janvier 2021
L’aventure suédoise d’un hockeyeur de la région freinée par la COVID-19
Par: Alexandre Brouillard

Vincent Guimond a adoré son passage en Suède avec l’équipe Fagersta AIK dans la ligue Hockeytvåan. Photo gracieuseté

L’automne dernier, après quatre années à jouer au hockey au sein de la troisième division de la National Collegiate Athletic Association (NCAA) tout en jonglant avec ses études universitaires, Vincent Guimond a tenté sa chance dans les rangs professionnels. Toutefois, la COVID-19 est venue abruptement mettre fin à son séjour en Suède il évoluait pour le Fagersta AIK dans la ligue Hockeytvåan.

Publicité
Activer le son

« J’ai adoré mon passage à Potsdam avec les Bears [State University of New York], mais après mes quatre années universitaires, je voulais jouer au hockey professionnel en Europe et en profiter pour voyager. Toutefois, la pandémie est venue mettre un terme à ma saison l’automne dernier », mentionne le hockeyeur sorelois.

s la fin de son parcours universitaire, Vincent Guimond était à la recherche d’une équipe professionnelle sur le vieux continent qui lui permettrait de rivaliser à un haut niveau tout en gagnant sa vie raisonnablement. Cependant, la pandémie est venue compliquer son projet parce que plusieurs équipes devenaient hésitantes face à l’idée d’engager des hockeyeurs internationaux.

« En tant que Québécois, j’avais des atomes crochus avec la France. Le pays m’intéressait, mais certaines équipes n’étaient pas capables de m’offrir des garanties. Je ne mets pas le blâme sur les organisations, ce n’était pas un été normal pour négocier des contrats. La COVID est venue tout changer. Engager des joueurs étrangers représente un énorme investissement pour des équipes. Ils doivent payer le visa et un appartement », explique le jeune hockeyeur.

La Suède s’est rapidement avérée être un choix logique en raison des règlements plus permissifs en ce qui a trait à la COVID-19. Vincent Guimond est donc arrivé à la fin du mois de septembre à Fagersta, une petite ville d’environ 11 000 habitants se situant à 170 kilomètres de Stockholm. Le centre de 5’9 » et 185 livres a rapidement fait sa marque dans son nouveau club en inscrivant deux buts et cinq passes lors des trois premiers duels de la saison.

« Honnêtement, je ne m’attendais pas à un aussi bon début de saison. Je devais m’ajuster au changement de grandeur des patinoires, mais ça n’a pas été trop long parce que je suis un joueur rapide. J’ai donc tiré avantage de la situation », soutient-il.

Une fin d’aventure en queue de poisson

En novembre dernier, la saison 2020-2021 de la seconde ligue fédérée suédoise, la Hockeytvåan, a été suspendue selon les instructions du gouvernement suédois après les trois premiers matchs du calendrier régulier. Vincent Guimond s’est donc contenté de quelques matchs hors-concours durant le mois de décembre. « Avec les nouvelles restrictions du gouvernement, nous ne pouvions plus disputer de matchs. C’était donc rendu très difficile pour moi et ça changeait mes plans », admet-il.

Face à l’incertitude d’un possible retour à la compétition, il a décidé de rentrer au pays au début de la nouvelle année. « Je n’avais pas disputé de match depuis le mois de novembre. En décembre, durant deux semaines, je n’avais même plus accès à l’aréna. Après une discussion avec les membres de l’organisation, j’ai finalement décidé de rentrer au pays parce que la saison risque de ne pas reprendre », spécifie Vincent Guimond.

Malgré cette fin d’aventure abrupte, il a adoré son expérience professionnelle outre-mer. Il pourra maintenant se concentrer sur son MBA (master in Business Administration). « Sans la COVID, je ne fermerai pas la porte à un retour en Europe, mais en ce moment, je préfère me concentrer sur mon après-carrière », conclut-il.

image