26 janvier 2016
L’autosuffisance et l’économie comme mode de vie
Par: Sarah-Eve Charland
Julie Courchesne fabrique ses propres papiers essuie-tout. | TC Média - Sarah-Eve Charland

Julie Courchesne fabrique ses propres papiers essuie-tout. | TC Média - Sarah-Eve Charland

Du savon à lessive fait maison à la fabrication de leur papier hygiénique, Julie Courchesne et Martin Dupuis, de Saint-David, réduisent peu à peu leur dépendance à la consommation. Ce qui était une passion est devenu un mode de vie.

Il y a plus de cinq ans, Mme Courchesne est tombée malade. Elle a décidé de mieux contrôler ce qu’elle consommait pour trouver l’origine de ses maux. « Je ne savais pas à cette époque que je faisais de l’autosuffisance. En faisant des recherches, j’ai finalement mis un mot là-dessus », raconte-t-elle.

En découvrant les avantages, elle a élargi ses actions. Avec son conjoint, ils ont acquis une fermette, le Domaine Coquelicot, à Saint-David en mai 2015 où ils élèvent, entre autres, des chèvres, des poules pondeuses, des coqs et des lapins, en plus de cultiver certains légumes dans leur jardin.

Tout cela leur permet d’économiser entre 25% et 50% de leur épicerie en plus d’avoir un souci de l’environnement. Mme Courchesne fabrique, entre autres, son papier essuie-tout et son papier de toilette réutilisable.

Il y a deux semaines, en compagnie de copines, elle a cuisiné sept pots Mason de soupe, trois pots de compote pommes et poires, ainsi que huit pots de bouillon de poulet pour un total de 14$, donne-t-elle en exemple.

« On économise sur tout ce qu’on fait nous-mêmes. »

Transmettre le savoir

En plus de vendre ses produits au Carrefour naissance-famille de Sorel-Tracy, le Domaine Coquelicot offre plusieurs cours pour permettre aux personnes de faire leur propre savon à lessive ou leurs conserves. Depuis quelques mois, le mot s’est répandu comme une traînée de poudre. Ses cours sont complets jusqu’en octobre 2016.

« Économiquement, ça ne va pas bien dans la société. Les gens sentent qu’ils ont un plus petit pouvoir d’achat. L’autosuffisance peut être une solution. On veut rendre cela accessible aux gens, bien sûr à la hauteur de leurs moyens », ajoute-t-elle.

L’entreprise, qui ne reçoit aucune subvention, s’est donné une mission sociale. Les revenus des cours sont utilisés en grande partie pour donner aux plus démunis. Mme Courchesne donnera prochainement à Saint-Joseph-de-Sorel des cours à des familles démunies.

« On pourrait faire plus de profits. On veut juste bien vivre et aider les autres. Lorsqu’une famille vit un moment difficile, ça lui donne une autre alternative. L’important est d’avoir les connaissances pour le faire », souligne-t-elle.

Des économies

Coût du pain (2 kg) fait maison : 45¢

Coût du savon à lessive : 1$ par personne par année

Économies de près de 50% sur le papier hygiénique

Économies entre 25% et 50% de l’épicerie en général

image