16 janvier 2017
L’autoroute 30 cause de nouveaux maux de tête
Par: Louise Grégoire-Racicot
Un nid-de-poule photographié sur le pont de l’autoroute 30, le 12 janvier. | Photo: TC Média - Pascal Cournoyer

Un nid-de-poule photographié sur le pont de l’autoroute 30, le 12 janvier. | Photo: TC Média - Pascal Cournoyer

Alors que le 12 juillet 2015, le ministère des Transports avait dû fermer l’autoroute 30 près de la montée Saint-Roch à cause du déplacement de dalles de béton causant une bosse importante dans la chaussée, il a dû récidiver le 11 janvier parce qu’une série de nids-de-poule avalait des pneus d’autos à la sortie est du pont de Sorel-Tracy.

à lire aussi: « Disons que ce n’était pas dans notre budget! » – un automobiliste

Ces trous ont de fait endommagé les pneus d’une douzaine de voitures et causé un important bouchon de circulation qui a duré quelques heures, en fin d’après-midi. Appelés sur les lieux à la hauteur du kilomètre 142 de l’autoroute à 17h, des agents de la Sûreté du Québec (SQ) ont constaté que personne n’a été blessé au cours de l’incident et que les véhicules endommagés l’ont été pour la plupart à la roue droite, après avoir roulé dans un trou sur la chaussée.

Arrivée sur les lieux une heure plus tard, une équipe du ministère des Transports du Québec (MTQ) a évalué la situation et détourné la circulation vers une autre voie, le temps que des collègues colmatent les trous.

« C’est une équipe du ministère venue du centre de service de Saint-Hyacinthe qui a procédé à un rapiéçage manuel avec du matériel froid. Un matériel efficace en période de temps doux », spécifie Marie-Michèle Pilon, porte-parole du MTQ.

Ils ont dû procéder à la fermeture partielle de la voie pour une courte durée, le temps d’exécuter les travaux, a-t-elle précisé.

« On n’était pas en présence d’un affaissement de la route, mais bien d’une série de nids-de-poule à cet endroit. La structure de la route a conservé sa pleine intégrité », spécifie-t-elle.

Le ministère devra procéder plus tard en saison à des travaux permanents, « car ce n’est pas la première fois que l’on constate des nids-de-poule importants à cet endroit. Ces travaux sont inscrits dans la banque des besoins du secteur, mais on ne peut préciser la date à laquelle ils seront effectués », a-t-elle complété.

D’autres travaux

Ces travaux ne font pas partie de la réfection majeure déjà amorcée depuis 2015 sur un tronçon de 29 kilomètres entre Contrecœur et Sorel-Tracy et étalée sur quatre ans. Des travaux estimés entre 10 M$ et 15 M$.

Des dommages qui laissent des traces dans les dossiers d’assurance *

Même si les dommages matériels sont causés par un mauvais état de la route, les événements comme ceux survenus sur l’autoroute 30 le 11 janvier laissent des traces dans le dossier d’assurance des conducteurs.

« Il faut savoir que c’est couvert par l’assurance de collision ou versement, ce qu’on appelle communément les deux côtés. Malheureusement, ça fait augmenter les coûts d’assurance », explique la directrice régionale Centre – Assurance des particuliers chez Lussier Dale Parizeau, Patricia Salvas.

« L’usager doit payer sa franchise. Cela laisse une trace au dossier puisqu’il s’agit d’une réclamation. La première est telle que telle. C’est la deuxième qui fait mal », poursuit-elle.

Le conducteur peut poursuivre au tribunal civil l’institution en charge de l’état de la route en question, dans ce cas-ci le ministère des Transports du Québec. « Si la personne assurée sur les deux côtés se fait payer les réparations, la franchise est recouvrable », ajoute-t-elle.

*Avec la collaboration de Sarah-Eve Charland

image