7 avril 2020
L’appel au bénévolat a été entendu
Par: Sébastien Lacroix
Les organismes en aide alimentaire ont reçu beaucoup de soutien’aide au cours des dernières semaines.
Photothèque | Les 2 Rives ©

Les organismes en aide alimentaire ont reçu beaucoup de soutien’aide au cours des dernières semaines. Photothèque | Les 2 Rives ©

De nombreux bénévoles ont répondu à l’appel lancé par le premier ministre pour venir en aide aux organismes communautaires qui donnent des services essentiels dans la région de Sorel-Tracy.

Publicité
Activer le son

Un besoin qui est d’autant plus criant puisque la pression sur les services essentiels s’est accentuée, alors que les organismes d’aide alimentaire ont perdu plusieurs bénévoles de 70 ans et plus ou vivant avec des personnes à la santé chancelante qui ont dû se retirer par mesure de sécurité.

La mise en place de la plateforme JeBenevole.ca a permis de recruter bon nombre de personnes, notamment dans les services d’aide alimentaire.

C’est surtout vrai du côté du Centre d’action bénévole (CAB) du Bas-Richelieu qui a comblé ses besoins pour la popote roulante, la confection des boîtes de denrées ainsi que pour le transport médical grâce à l’ajout d’une trentaine de bénévoles.

La plupart sont des enseignants ou des employés de la Commission scolaire de Sorel-Tracy qui continuent d’être payés par le gouvernement du Québec et à qui le premier ministre Legault avait demandé la collaboration.

De nombreux dons sont également parvenus au CAB du Bas-Richelieu pour l’achat de denrées durant la crise. Des chèques de 20 000 $ sont parvenus de joueurs de la LNH (Marc-André Fleury, Anthony Beauvillier et François Beauchemin), de 10 000 $ d’un donateur anonyme, de 5000 $ de Lussier Dale Parizeau, ainsi que des sommes de 1000 $ de Placements JLL, de Sablage Peinture Richelieu, de la Commission scolaire de Sorel-Tracy et du député Jean-Bernard Émond.

Plusieurs denrées sèches ont également été remises à l’organisme dans les deux bacs qui sont placés près de la porte de côté après l’appel lancé dans nos pages au début de la crise.

Si bien que les choses se sont maintenant replacées pour le CAB du Bas-Richelieu qui croit être en mesure de passer au travers. « Nous sommes corrects pour les quatre prochaines semaines. Si ça continue, on aura encore besoin d’aide », prévoit le directeur général, Ando Andrianady.

Du côté du Groupe d’Entraide de Sorel-Tracy (GEST), une dizaine de personnes se sont manifestées pour des tâches de commis de plancher et de livraison à domicile. « Nous avons des gens de toutes les classes sociales, comme des coiffeuses, des enseignantes et même des personnes qui viennent de Boucherville ou de Contrecœur. Tous des gens qui ont donné leur disponibilité par le biais de la plateforme », indique le directeur général, Gil-Émil Laflamme.

L’organisme d’aide alimentaire aurait tout de même encore besoin de cinq à dix bénévoles pour combler ses besoins. Parce que certaines personnes ne se présentent pas toujours pour faire leur bénévolat.

Un autre défi pour l’organisme, qui fait affaire avec Groupe Action et Moisson Rive-Sud, c’est d’avoir accès à des denrées sèches. « Il y a beaucoup de gens qui ont vidé les tablettes dans les épiceries. Ce qui fait qu’ils [les fabriquants] n’arrivent pas à en produire assez pour nous. Parce que tout ce qu’ils font s’en va dans les supermarchés », mentionne le directeur du GEST.

L’organisme a aussi reçu des dons en denrées de IGA André Tellier, Subway et La Tablée des Chefs en plus de recevoir de la nourriture congelée et sèche qui devait servir à la cafétéria de l’école secondaire Bernard-Gariépy.

Il y a également le carrefour communautaire l’Arc-en-ciel qui affiche des postes pour combler des besoins de livraison à domicile pour son service de popote roulante en milieu rural à raison de cinq jours par semaine.

Un groupe d’aide alimentaire s’est aussi organisé du côté de Saint-Roch-de-Richelieu où environ 300 portions de repas avaient été préparées, la semaine dernière, pour les personnes dans le besoin.

Dominique Feuiltault, le propriétaire de Fullomaxx-Maxxera, Jo-Ann LeBouthillier, la directrice du Carrefour communautaire de Saint-Roch ainsi que Maxim Bonin, directeur de l’école primaire de Saint-Roch, se sont mobilisés avec l’aide de plusieurs autres citoyens afin d’aider la communauté.

image