7 juillet 2021
En plus de travailler sur plusieurs projets variés
La Soreloise Aude Ray obtient un diplôme de l’École nationale de la Chanson
Par: Katy Desrosiers

Lors de la formation, des spectacles étaient organisés, malheureusement sans public. Photo Folktographe

Aude Ray a pu présenter ses compositions devant étudiants et professeurs, afin de recevoir des commentaires constructifs sur son art. Photo Folktographe

L’artiste soreloise Aude Ray, fraichement revenue au Québec après plus d’une décennie en Colombie-Britannique, vient de recevoir son diplôme de l’École nationale de la Chanson. Pendant 10 mois en formation, elle a multiplié ses connaissances de la musique et de l’industrie afin de pousser sa carrière encore plus loin.

Publicité
Activer le son

En 2019, Aude Ray venait de sortir un album et était en tournée. Elle est revenue en même temps dans la région pour être près de sa famille. Toutefois, la pandémie est arrivée et tous ses spectacles ont été annulés.

C’est alors qu’une amie de longue date, Alex Doré, lui a parlé de l’École nationale de la chanson à Granby (ÉNC). Comme elle se retrouvait avec beaucoup de temps libre, elle a sauté dans l’aventure.

« Je me suis inscrite sans trop d’attente. J’ai fait les auditions et j’ai été choisie parmi les 14 étudiants de la cohorte. On avait des cours d’interprétation, d’écriture, de chant, de gestion de carrière, des productions de spectacles, etc. J’ai vraiment été chercher encore plus d’outils à ajouter à mon coffre et j’ai rencontré des gens extraordinaires. Je me trouve vraiment chanceuse d’avoir pu participer à cette expérience-là », raconte Aude Ray.

Comme l’artiste produit ses spectacles, ces acquis lui seront bénéfiques pour la suite de sa carrière. Elle a également approfondi ses connaissances en production audio et aménagé un studio pour pouvoir réaliser ses propres maquettes de chansons.

Parmi les personnes inspirantes qu’elle a rencontrées, elle nomme Andréanne A. Malette et Damien Robitaille, aussi diplômés de l’ÉNC. Elle a pu travailler avec entre autres l’autrice-compositrice-interprète Stéphanie Boulay et le Sorelois Charles Robert-Gaudette, qui était directeur musical des spectacles de fin d’année.

En plus d’élargir son réseau de contacts, cette opportunité lui a permis d’écrire davantage de chansons en français et d’explorer différents styles musicaux.

« Quand je suis dans l’ouest, je fais vraiment la promotion de francophonie. Pour moi, c’est formateur d’écrire pendant un an en français et de composer de nouvelles chansons. J’ai un style folk, guitare et voix que j’aime beaucoup, mais là, j’ai découvert aussi le soul, le RnB et l’électro », mentionne la musicienne, qui est présentement en train de peaufiner cinq chansons et qui prévoit en créer d’autres sous peu.

L’ÉNC fait partie de l’Association des écoles supérieures d’art du Québec et pour la formation, qui vaut en fait 17 000 $, les étudiants déboursent le même prix que n’importe quel établissement collégial public.

Plus que des connaissances musicales

Aude Ray avoue que son passage à l’ÉNC l’a aidée à se découvrir encore plus.

« Point de vue personnel et santé mentale, c’est comme une thérapie de faire ça. Je sens vraiment que je sais où je m’enligne et où je veux aller. […] Je suis une fille qui est super sociale, mais j’avais peur que le monde ne m’aime pas. Je cherchais a être approuvée, mais là c’est fini. Je me sens solide dans qui je suis. Ça m’a permis de développer mon identité artistique à fond », explique l’artiste.

Un défi qu’elle a surmonté est sa réaction face à la critique. « Quand tu joues devant ta famille ou des gens que tu connais, ils disent juste que c’est bon. Ils ne vont pas te dire ce qu’ils n’aiment pas, mais tu n’avances pas comme ça », explique-t-elle. Elle s’est donc habituée à recevoir la critique constructive des étudiants et professeurs et maintenant, elle en redemande.

Celle qui chante, en plus de jouer entre autres de la guitare et de la harpe, conseille fortement aux artistes, peu importe leur âge, de foncer et de participer aux auditions.

Un spectacle multidisciplinaire

Avec son diplôme en poche, Aude Ray travaille sur différents projets, dont un spectacle multidisciplinaire dans lequel s’imbriqueront les chansons de son futur album francophone. L’artiste, qui peint et crée des bijoux, veut inclure plusieurs formes d’art dans celui-ci, comme le théâtre, la danse et les arts visuels et médiatiques. Elle collabore pour ce projet avec des gens d’ici et souhaite mettre en valeur des artistes de la région.

Un autre style musical qu’elle explore est la musique de détente et méditative. D’ailleurs, le 17 juillet, elle jouera en direct pendant un événement de yoga avec l’école Karoline English Yoga dans le cadre du Gib Fest. Elle souhaiterait éventuellement pouvoir rendre disponibles certaines chansons de ce style sur des plateformes d’écoute puisque peu proviennent du Québec.

Également, avec son amie Alex Doré, qui a aussi obtenu son diplôme de l’ÉNC, elle aimerait réaliser des spectacles corporatifs.

Il est possible d’entendre ses chansons sur plusieurs plateformes d’écoute de musique en ligne et d’en savoir plus sur ses projets via les réseaux sociaux.

image