10 mars 2016
« La saison ne veut plus rien dire! » – Éric Messier
Par: Jean-Philippe Morin
Le défenseur Antoine Desmeules (25 points en 33 matchs), élu joueur défensif du mois de février dans la ligue, aura un rôle crucial à jouer en séries avec les Rebelles. | Photo: TC Média – Pascal Cournoyer

Le défenseur Antoine Desmeules (25 points en 33 matchs), élu joueur défensif du mois de février dans la ligue, aura un rôle crucial à jouer en séries avec les Rebelles. | Photo: TC Média – Pascal Cournoyer

Vingt-sept. C’est le nombre de points récoltés lors des 14 derniers matchs de la saison par les Rebelles du Cégep de Sorel-Tracy, sur une possibilité de 28. Malgré tout, l’entraîneur Éric Messier est catégorique : en séries, on efface tout et on recommence. Le premier match des champions en titre aura lieu ce vendredi 11 mars, au Colisée Cardin, à 19h30.

Publicité
Activer le son

Les 50 points amassés en saison régulière sont maintenant chose du passé. Surtout que les Rebelles (23-9-1-3) auront un important test devant eux : leurs rivaux en finale de la ligue collégiale en division 1 l’an dernier, le Boomerang du Cégep André-Laurendeau (21-13-0-2).

C’est donc dire que seulement six points séparent les deux équipes, même si les Rebelles ont terminé deuxièmes et le Boomerang septième en saison régulière.

« C’est bien beau d’avoir eu une belle saison, mais on passe à une autre étape. La saison ne veut plus rien dire. J’ai aimé la façon dont on s’est comporté sur la glace lors de la fin de la saison, mais le meilleur doit être à venir », commente l’entraîneur Éric Messier.

Les Rebelles ont connu une séquence positive de 12 victoires d’affilée vers la fin de la saison, avant de perdre contre leurs éventuels rivaux, le Boomerang d’André-Laurendeau, le 4 mars dernier par la marque de 4-3 en prolongation. Les Rebelles se sont bien repris deux jours plus tard dans une victoire de 3-2 à domicile contre le Collège Laflèche dans le dernier match de leur saison régulière.

« Tout le monde peut battre tout le monde »

Peu loquace, Éric Messier n’a pas voulu se réjouir de la séquence fort impressionnante des siens en fin de saison. Il a plutôt sorti son vieil adage qui fonctionne bien : « Il faut y aller un match à la fois! Ce n’est pas différent même si on est en séries. On connaît bien nos adversaires, ils voudront assurément se venger de leur défaite l’an dernier en finale, mais ça se joue sur la glace. »

La préparation ne changera pas, assure-t-il. Sauf pour un aspect. « Les gars sont en examen au cégep cette semaine, alors ils seront occupés. Il n’y aura rien de nouveau dans la préparation, mais après qu’ils se soient concentrés sur leur priorité, soit leurs examens de mi-session, ils se concentreront sur ce qu’ils ont à faire sur la glace. »

Le premier match aura donc lieu le 11 mars, à 19h30, au Colisée Cardin. La deuxième rencontre se déroulera le lendemain, à Montréal. La date d’un troisième match, s’il s’avère nécessaire, n’a pas encore été déterminée.

« Il faut y aller une étape à la fois, mais un 2 de 3, c’est vite joué. On n’a pas trop le droit à l’erreur », conclut Éric Messier.

image