20 octobre 2016
La coupe d’arbres inquiète des citoyens de Sorel-Tracy
Par: Julie Lambert
Des citoyens s’inquiètent des impacts écologiques du nouveau développement domiciliaire actuellement en cours sur la rue des Muguets à Sorel-Tracy. | Pascal Cournoyer

Des citoyens s’inquiètent des impacts écologiques du nouveau développement domiciliaire actuellement en cours sur la rue des Muguets à Sorel-Tracy. | Pascal Cournoyer

Le nouveau projet résidentiel de 450 unités d’habitations annoncé par le promoteur et millionnaire Luc Poirier au début du mois d’octobre, au bout de la rue des Muguets, a soulevé quelques inquiétudes auprès de citoyens de Sorel-Tracy.

Certains se demandaient si le projet répondait aux normes environnementales alors que beaucoup d’arbres ont été coupés. Une citoyenne a fait part de ses inquiétudes par courriel au journal La Voix à la suite de l’article paru le 7 octobre dernier.

Elle déplorait entre autres que l’économie ait été choisie au détriment de l’environnement. Elle s’interrogeait sur ce qu’il adviendra après la destruction d’un milieu humide, alors que ce secteur, selon elle, est occupé par une faune intéressante pour la région, tel que des orignaux.

« Est-ce que les originaux seront relocalisés ailleurs, dans un habitat de qualité équivalente? Est-ce qu’un nouveau milieu humide devra être créé ou si une compensation financière sera encore une fois la seule condition à l’obtention du CA? », a-t-elle demandé.

Des règles suivies à la lettre

Selon l’urbaniste au service de la planification et du développement urbain à la Ville de Sorel-Tracy, Jean-Philippe Bellerose, chaque promoteur doit obtenir un certificat d’autorisation auprès du ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MDDELCC).

Une étude environnementale doit être réalisée par un biologiste pour la réalisation du recensement de la faune et de la flore. « Cette analyse permet de déterminer s’il y a des endroits sur le terrain qui doivent être protégés et s’il doit y avoir des compensations. S’il y a une haute valeur écologique, une aire doit être conservée », explique M. Bellerose.

Dans le cas du développement de M. Poirier, le promoteur a été tenu de ne pas toucher à une partie du terrain où il y a entre autres un point d’eau. Il ne peut rien y avoir dans cette parcelle, assure-t-il.

Pour chacun des projets de développement d’un nouveau quartier, il y a une obligation d’abattage d’arbres, surtout lorsqu’il est question de créer une nouvelle rue, souligne l’urbaniste.

Plusieurs options ou propositions sont offertes au promoteur, mentionne-t-il, dont une demande de cession de terrain pour des fins de parc à la Ville.

Néanmoins dans le dossier de M. Poirier, le promoteur a assuré qu’il conserverait le plus de couverts forestiers possible.

« Cela permet d’éviter la coupe à blanc dans un secteur au complet. Dans certains cas, il est plus difficile de les garder, mais pour ce projet, M. Poirier voulait garder des arbres pour plaire à sa clientèle. »

Cinq projets de développement en cours à Sorel-Tracy

– Rue de la Garonne

– Rue de la Chatelle

– Rue Marcelle-Joly

– Rue Des Muguets

– Derrière les Promenades de Sorel

image