12 juin 2015
La Commission scolaire coupe 168 000$ dans les services à l’élève
Par: Sarah-Eve Charland
La Commission scolaire coupe 170 000$ dans les services à l’élève. | Gracieuseté

La Commission scolaire coupe 170 000$ dans les services à l’élève. | Gracieuseté

La Commission scolaire (CS) de Sorel-Tracy coupera 168 000$ dans les services à l’élève au primaire et au secondaire. Une triste nouvelle pour le directeur général, Michel Lefebvre, qui se dit obligé d’aller de l’avant face aux nouvelles compressions budgétaires.

Selon les paramètres qui sont sujets à changements, la CS prévoit faire un déficit de 1,7 M$ pour l’année 2015-2016. De ce nombre, le gouvernement oblige la CS à trouver les fonds pour couper 800 000$, dont 168 000$ qui toucheront le service à l’élève.

« On gratte pour trouver les sous. Depuis 2010-2011, on a eu 5,6 M$ en compressions budgétaires. On a déjà fait l’exercice. Pour la première fois, on touche les services à l’élève. Pas de façon majeure, mais une fois de trop. On a le pied dans la classe. C’est inadmissible », affirme M. Lefebvre.

Cela représente 100 heures par semaine de services de professionnels de soutien comme des orthopédagogues, psychologues ou psychoéducateurs. Pour le moment, on ne sait pas si cela engendra des abolitions de poste.

« On va consulter les écoles pour connaître les préférences. Elles vont faire leurs choix. »

La CS a reçu les paramètres de consultation le 20 mai dernier. Les commissaires se sont rassemblés pour une session de travail sur le sujet la semaine suivante. Tout le personnel de la CS était invité à une rencontre avec la direction générale le 5 juin pour connaître la situation budgétaire de l’organisation.

La Commission scolaire devait faire préautoriser le budget par le ministère de l’Éducation durant la semaine du 8 juin pour ensuite le présenter pour adoption lors d’une prochaine séance du conseil des commissaires.

« On va tout faire pour réinjecter les sous dans les services à l’élève. Le budget peut changer au cours des prochaines semaines », mentionne M. Lefebvre.

La CS tentera à nouveau de couper dans l’administration. Les frais administratifs représentent 4,2% du budget total de la CS.

« Avant, on touchait surtout le secteur jeune, c’est-à-dire le primaire et le secondaire. Maintenant, les coupures affectent aussi le centre de formation professionnelle et les programmes d’Attestation de formation professionnelle. »

Depuis trois ans, la CS a aboli 25 postes pour combler le manque à gagner des compressions budgétaires.

Un partage des services

Selon plusieurs rumeurs, ajoute le directeur général, le gouvernement devrait déposer un projet de loi sur les fusions des commissions scolaires à l’automne dans le but de l’adopter en janvier 2016.

« Ce qu’on devait planifier en un an, on devra le faire en moins de cinq mois. L’objectif du ministère est que les fusions soient effectives en juillet 2016. On a décidé de travailler dans ce sens », ajoute M. Lefebvre.

La CS a déjà établi un contact avec la Commission scolaire de Saint-Hyacinthe afin de partager des services et des expertises.

Des syndicats inquiets

Les compressions budgétaires engendreront une augmentation des tâches du personnel, déplore la présidente du Syndicat de l’enseignement du Bas-Richelieu, Sonia Éthier.

« C’est très décevant. On sait que la CS fait attention. Ça va vraiment affecter le service à l’élève. C’est inévitable. C’est regrettable. Le syndicat va suivre le dossier de très près », ajoute-t-elle.

Du côté du Syndicat des professionnels, la représentante Renée Laperrière abonde dans le même sens. « C’est très inquiétant. On attend des nouvelles de la direction. On n’a pas d’informations sur la façon que les compressions auront un impact sur nos salariés. Ce ne sont pas de bonne nouvelles. »

Le ministère de l’Éducation n’avait pas répondu à nos questions au moment de mettre sous presse.

image