7 février 2017
La Chambre de commerce prépare sa réplique au maire Péloquin
Par: Louise Grégoire-Racicot
Le président de la Chambre de commerce, Laurent Cournoyer. | Photo: TC Média - Archives

Le président de la Chambre de commerce, Laurent Cournoyer. | Photo: TC Média - Archives

Appelé à réagir à la sortie à l’improviste du maire de Sorel-Tracy, Serge Péloquin, contre les propos qu’il a tenus au journal Les 2 Rives sur le pessimisme des entrepreneurs de la région, le président de la Chambre de commerce et d’industrie de Sorel-Tracy, Laurent Cournoyer, laissera à son conseil d’administration le soin de répliquer.

Publicité
Activer le son

À lire aussi: Montée de lait du maire Péloquin au conseil de ville

Le c.a. donnera un suivi à cette déclaration de Serge Péloquin que Laurent Cournoyer qualifie « d’indigne » d’un maire.

« Non seulement a-t-il attaqué le président de la Chambre, mais aussi son directeur général et son conseil d’administration. Et moi je ne jouerai pas à cela », a-t-il souligné.

M. Cournoyer maintient cependant ce qu’il a avancé: les gens du secteur commercial sont pessimistes quant à la situation qu’ils traversent actuellement.

« Je ne pouvais certainement pas me réjouir de voir que dans une étude menée par la Fédération canadienne des entreprises indépendantes (FCEI), Sorel-Tracy soit tombée du 65e au 108e rang en un an, sur 121 des collectivités entrepreneuriales étudiées. Je suis surpris que le maire ait ainsi discrédité cette étude menée par FCEI, un organisme très réputé », a-t-il poursuivi.

Cette sortie du maire, assortie d’une longue liste de projets réalisés au fil des dernières années ou en cours, appuyée par les autres membres du conseil, n’a toutefois pas surpris outre mesure M. Cournoyer.

Le conseil d’administration de la Chambre avait reçu le maire pendant une heure le 31 janvier dernier. Une rencontre au cours de laquelle, a dit M. Cournoyer, le magistrat aurait clairement proposé le renvoi du directeur général, Sylvain Dupuis à qui il reprocherait de ne pas « penser régionalement ».

Rappelons qu’il y a une importante tension entre les deux hommes à la suite de l’initiative prise par la Ville de Saint-Ours, dont M. Dupuis est maire, d’offrir son service de sécurité incendie à une cliente actuelle de la Ville de Sorel-Tracy, Sainte-Victoire-de-Sorel.

Un appel à l’unité

Devant cette situation tendue, le député Sylvain Rochon a cru bon publier sur sa page Facebook, le 7 février, les mots suivants: « On ne bâtit pas une région en s’en accaparant la responsabilité, mais en la partageant. Il ne faut pas chasser les ouvriers du chantier, mais les y inviter. Après avoir, non pas seul, mais avec eux dessiné les plans. L’avenir collectif ne se conjugue pas au « je ». La région de Sorel-Tracy doit passer au « nous ».

image