1 novembre 2019
Kildair peut opérer malgré l’incendie déclenché vendredi
Par: Jean-Philippe Morin

L'important incendie qui s'est déclenché chez Kildair le 1er novembre affecte les opérations sans pour autant les compromettre. Photo Pascal Cournoyer | Les 2 Rives ©

Un important incendie s’est déclenché dans la salle des bouilloires du terminal sorelois de Kildair Service Ltée le vendredi 1er novembre, en après-midi. Les dommages ont été considérables, mais on ne note aucun blessé, ni aucun impact environnemental.

Selon le président-directeur général de Kildair, Daniel Morin, l’incendie s’est déclenché dans une petite section du terminal où plusieurs pièces d’équipement importantes se trouvaient. « C’est là qu’on produit la chaleur pour chauffer nos réservoirs et la tuyauterie pour faire circuler nos produits. C’est un peu comme le cœur et le système sanguin du terminal », image M. Morin.

Le PDG n’arrivait pas, lundi matin, à estimer les dommages. Un des bâtiments est une perte totale. Maintenant, l’important pour l’entreprise est de repartir les systèmes un après l’autre.

« On est à faire un plan de contingence et à mettre des unités mobiles pour produire de la vapeur afin de continuer à opérer normalement. Nos réservoirs sont gros, donc de la chaleur est déjà pas mal accumulée. On espère que d’ici la fin de la semaine, on sera en mesure de remettre en service certaines sections du réseau de chaleur. Il va y avoir du travail de reconstruction à faire dans les prochains mois », explique Daniel Morin.

« On reçoit aujourd’hui [lundi] un chargement de produits. On est capables d’opérer quand même, mais il faut toujours penser à faire du déplacement de lignes entre nos réservoirs pour que la tuyauterie reste relativement chaude pour ne pas que ça gèle », ajoute-t-il.

Un technicien en scène d’incendie s’est rendu sur place samedi afin de comprendre ce qui s’est passé. Aucune conclusion n’a pu être tirée. « On soupçonne un problème électrique, mais rien de certain », conclut Daniel Morin.

image