24 mai 2016
« J’avais le goût de relever un défi » – Sylvain Dupuis
Par: Sarah-Eve Charland
Sylvain Dupuis. | Gracieuseté

Sylvain Dupuis. | Gracieuseté

Impliqué dans la politique depuis 2009, le maire de Saint-Ours Sylvain Dupuis relèvera tout un défi, dès le 25 mai, en prenant en charge la direction générale de la Chambre de commerce et d’industrie Sorel-Tracy.

Publicité
Activer le son

M. Dupuis prendra la relève de Marcel Robert qui a pris sa retraite le 3 mai. Alors qu’il œuvre en politique municipale depuis 2009 à Saint-Ours, il apprendra un tout nouveau métier.

« Le poste m’intéressait déjà, mais j’avais le goût de relever un défi. Il y a des choses à modifier et à améliorer. Il faut développer un travail d’équipe pour dynamiser la région. J’ai une bonne expérience dans le domaine économique. »

M. Dupuis a été conseiller de 2009 à 2012 avant de devenir maire suppléant. Il a été élu premier magistrat en 2013. Il est également administrateur au conseil d’administration du Parc éolien Pierre-De Saurel, président du comité de développement régional de la MRC de Pierre-De Saurel et président de la Fondation du Cégep de Sorel-Tracy.

M. Dupuis affirme voir ses nouvelles fonctions comme une continuité de son implication dans la région.

« Quand Sorel-Tracy est malade, les municipalités toussent. Je crois que la Chambre de commerce peut amener son énergie pour faire bouger les choses de façon positive. J’ai toujours dit qu’on était capable quand on voulait. C’est la philosophie au conseil de ville de Saint-Ours. Je vais garder le même discours », croit-il.

Le plus grand défi de la Chambre de commerce de Sorel-Tracy, selon lui, est de dynamiser le monde des affaires et travailler à l’essor des entrepreneurs. « Faire en sorte que les gens achètent ici. Il faut que les gens aiment leur place. On en revient toujours à l’achat local », mentionne-t-il.

Il gardera son poste de maire

Son poste de directeur général de la Chambre de commerce n’entrera pas en conflit d’intérêts avec ses fonctions d’élu, assure-t-il.

« La Ville de Saint-Ours ne contribue pas à la Chambre de commerce. La MRC n’est pas un bailleur de fonds. Si ça devient le cas, je vais me retirer des dossiers qui seront touchés. Je peux être maire et directeur général de la Chambre. L’un n’empêche pas l’autre », affirme-t-il.

Sa conjointe prendra la relève de son entreprise de livraison de pains Gadoua. Il occupera ainsi ses fonctions à temps plein à la Chambre de commerce.

image