28 juin 2016
Gilles Salvas dit avoir été l’hôte à son insu des Hells Angels
Par: Louise Grégoire-Racicot
Il y avait un important déploiement policier sur la route 132, près du Pavillon Marie-Victorin, le 23 juin dernier. | Photo: TC Média - Pascal Cournoyer

Il y avait un important déploiement policier sur la route 132, près du Pavillon Marie-Victorin, le 23 juin dernier. | Photo: TC Média - Pascal Cournoyer

Le rassemblement des Hells Angels, le 23 juin dernier à Saint-Robert, a fait couler beaucoup d’encre, d’autant que le propriétaire où s’est tenu la rencontre de quelque 150 personnes est nul autre que le maire de la municipalité et préfet de la MRC de Pierre-De Saurel, Gilles Salvas.

Mais ce dernier n’est nullement mal à l’aise. D’abord, affirme-t-il, parce qu’il ne savait pas, quand il a loué la salle il y a quelques mois à une dame de Sorel, que c’était pour célébrer le 25e anniversaire du chapitre de Trois-Rivières. « Elle m’a dit que c’était une réunion d’amis pour célébrer la Saint-Jean. On a alors signé un contrat dans lequel elle s’engageait à obtenir un permis de boisson puis à remettre les clés de la salle, dès le lendemain matin. Elle avait demandé de pouvoir faire installer un chapiteau pour servir un repas. »

De fait, c’est la police qui a appris à M. Salvas que les Hells étaient derrière cette location, et ce, deux semaines avant la Saint-Jean. « Des policiers m’ont demandé si ma salle était louée le 23 juin. J’ai dit oui, à une dame de Sorel. »

Sa salle étant privée et commerciale, la dame répondait à tous les critères de location, a-t-il poursuivi. Le contrat étant déjà signé, il n’a pas considéré l’annuler, pas plus que la police le lui a demandé, avoue-t-il.

De fait, les organisateurs de la fête ont eu la clé de 9h jeudi à 10h le lendemain. « Des gardiens ont couché ici parce que plusieurs motards avaient laissé leur moto ici », spécifie M. Salvas.

Les médias lui courent après

Le maire s’est dit surpris que tant de médias nationaux s’intéressent à lui.

« C’est Paul Houde qui m’a appris que des Hells célébraient le 25e du chapitre de Trois-Rivières chez nous. Puis TVA et Radio-Canada ont appelé. Chaque fois, j’ai dit que je n’avais rien à voir là-dedans, que je ne serais même pas sur place, mais bien à Sorel-Tracy pour célébrer la Saint-Jean. Même Ici RDI aurait voulu que je rentre à Saint-Robert pour être interviewé devant ma salle au moment où se tenait le party. Bien sûr que j’ai dit Non, que je n’étais pas invité au party! »

Tous les accès vers le Pavillon Marie-Victorin étaient contrôlés histoire d’identifier tous les motards qui s’y rendaient – des membres de trois clubs-écoles du Québec et des Hells Angels venus de l’extérieur du Québec.

Un barrage qui a créé un embouteillage important sur la route 132 au grand dam de plusieurs personnes qui se rendaient au parc Regard-sur-le-Fleuve de Sorel-Tracy pour la soirée de la Saint-Jean et son feu d’artifice.

Plusieurs fêtes en deux ans

Enfin, M. Salvas révèle que les Hells Angels de Sorel-Tracy avait tenu une petite fête à sa salle il y a deux ans. « L’an dernier, il y a eu un rassemblement dans le rang St-Thomas à Saint-Aimé, sur un terrain privé, et il y a deux ans à l’Auberge des 103 îles de Sainte-Anne-de-Sorel. »

Cette dernière fête a été au cœur des conversations, la fin de semaine dernière. Il le sait fort bien. « Et mes amis ne cessent de se moquer de moi », dit M. Salvas qui ne voit pas de raison de s’inquiéter de cette location qu’il a faite de bonne foi, insiste-t-il.

Mais il est déjà passé à autre chose: le prochain rassemblement qui se tiendra à Saint-Robert dans quelques semaines et qui fera aussi beaucoup parler, croit-il: le passage de l’équipe de tournage de la Petite Séduction qui y tournera une prochaine émission les 6, 7 et 8 juillet.

Rappelons enfin que le Pavillon Marie-Victorin est situé à quelques kilomètres d’un bunker perquisitionné la semaine précédente, le local des Beast Crew, club-école des Hells.

Quant au chapitre des Hells de Trois-Rivières, il est le plus important au Québec en termes d’activités criminelles, lié notamment au trafic de drogues et aux prêts.

Lundi, la porte-parole de la SQ, Joyce Kemp laissait savoir qu’aucun incident n’avait été rapporté.

image