3 décembre 2018
Festivals en Acadie et en Colombie-Britannique
Geneviève Dulude-De Celles décroche quatre autres prix avec son film Une colonie
Par: Julie Lambert

La cinéaste soreloise Geneviève Dulude-De Celles continue d'accumuler les prix grâce à son premier long métrage de fiction Une colonie. (Photo : Gracieuseté)

La réalisatrice soreloise Geneviève Dulude-De Celles a remporté quatre nouveaux prix avec son film Une colonie dont plusieurs scènes ont été tournées dans la région. Elle a obtenu la Vague UNIS TV du long métrage de fiction canadien lors du Festival international du cinéma francophone en Acadie (FICFA) ainsi que trois prix lors du Whistler Film Festival.

Le jury a salué sur la page Facebook du FICFA, qui se déroulait du 15 au 23 novembre à Moncton, « ce premier long métrage d’une étonnante maturité, un film tout en nuances et emprunt de vérité où de nombreux thèmes sont abordés de façon habile et sensible. » Le comédien québécois et membre du jury, Louis-David Morasse, n’avait lui aussi que de bons mots sur le film de la Soreloise.

« J’ai braillé ma vie, je suis encore troublé par ce film. C’est un grand film qui nous laisse poindre un avenir très prometteur pour cette jeune femme. Ce film rassemble de nombreux thèmes importants de façon très harmonieuse, très maîtrisée, très cinématographique et plein d’humanité », a-t-il témoigné sur les médias sociaux.

L’équipe de Geneviève Dulude-De Celles a également remporté trois prix lors du Whistler Film Festival qui avait lieu du 28 novembre au 2 décembre. Une colonie a obtenu les prix de la Meilleure interprétation pour la performance de sa comédienne Émilie Bierre, de la Meilleure réalisation pour Geneviève Dulude-De Celles ainsi que du Meilleur film canadien.

La réalisatrice avait également remporté en octobre, grâce à son film, le Grand Prix du Festival du cinéma de la ville de Québec en plus du Prix du public. La réalisatrice avait alors mentionné au journal Les 2 Rives que de tels prix allaient aider le film lors de sa diffusion dans les salles de cinéma. Le film Une colonie doit prendre l’affiche le 1er février prochain.

« C’est sûr que lorsqu’on fait un film, on veut qu’il soit vu par le plus de gens possible. C’est toutefois difficile pour les productions indépendantes, sauf pour des cas rares, d’être présentées en salle. Nos prix […] nous ouvriront peut-être des portes. J’aimerais pouvoir le présenter dans plusieurs salles au Québec dont à Sorel-Tracy et être présente afin de répondre aux questions du public », espérait-elle.

image