15 mars 2016
François Harvey comparaît sous quatre nouveaux chefs d’accusation
Par: Julie Lambert
François Harvey, à son entrée au palais de justice de Sorel-Tracy, le 15 mars. | Photo: TC Média – Jean-Philippe Morin

François Harvey, à son entrée au palais de justice de Sorel-Tracy, le 15 mars. | Photo: TC Média – Jean-Philippe Morin

À peine TC Média a dévoilé l’histoire de François-Harvey, cet ex-journaliste de Radio-Canada en congé d’invalidité depuis 10 ans qui menace de s’en prendre à l’oléoduc Énergie Est, qu’il est de retour derrière les barreaux. Le résident de Saint-Ours a comparu sous quatre nouveaux chefs d’accusation, le 15 mars, au palais de justice de Sorel-Tracy.

Publicité
Activer le son

Pour les détails de l’histoire:

Un ex-journaliste voulant attaquer le pipeline Énergie Est arrêté à St-Ours

Obsédé par son combat, il revient à la charge

Les cheveux ébouriffés, mais semblant alerte, M. Harvey a brièvement comparu devant la juge Louise Leduc. La fille de l’accusée était venue le soutenir.

Arrêté le 14 mars à la suite d’un plainte d’un citoyen survenue trois jours plus tôt, Harvey fait face aux chefs d’accusation d’incitation à la haine, d’avoir proféré des menaces de mort envers toute personne d’autorité et de deux bris d’engagement.

Rappelons que l’homme de 60 ans a été arrêté à Québec, le 22 décembre dernier, alors qu’il était en plein délire, vêtu d’une tenue militaire et coiffé d’une casquette du SWAT. Les policiers avaient alors découvert 11 cocktails Molotov et du matériel avec lequel il comptait établir un campement, près de Rigaud. Il entendait, avec un groupe d’activistes, empêcher Énergie Est de déployer son oléoduc au Québec.

Malgré l’interdiction de le faire, il a notamment publié, au cours des derniers jours, plusieurs messages sur la page Facebook de son journal « L’Étincelle » dans lesquels il faisait la promotion de son projet et de son plan. Harvey a aussi, le 10 mars, envoyé un courriel au journal Les 2 Rives en indiquant que L’Étincelle annonçait la relance de son projet.

« Je n’allais pas bien »

François Harvey a brièvement pris la parole, lors de sa comparution. Il a avoué à la juge Leduc qu’il « n’allait pas bien » la semaine dernière et qu’il avait pris un rendez-vous avec son médecin à l’Hôtel-Dieu de Sorel.

Son avocat, Me Christian Crevier, a demandé que son client subisse une évaluation pour juger de sa responsabilité criminelle en lien avec les nouvelles accusations. Il a rappelé à la juge que son client souffrait de bipolarité et qu’il avait des problèmes de santé mentale, mais qu’il était suivi par un médecin depuis plusieurs années.

La juge Leduc a accepté que cette évaluation se fasse, en suggérant qu’elle se déroule à Sorel-Tracy étant donné que l’accusé avait déjà pris un rendez-vous à l’Hôtel-Dieu de Sorel.

Harvey sera de retour devant la Cour pour son enquête sur remise en liberté après son évaluation de responsabilité criminelle, le 12 avril prochain. Il s’agira d’une deuxième enquête de la sorte, puisqu’Harvey a été libéré, le 8 janvier, après son arrestation à Québec.

image