28 mai 2019
Fleury en faveur des reprises vidéo élargies
Par: Jean-Philippe Morin

Marc-André Fleury est encore amer de l'élimination des Golden Knights en première ronde. Photo nhl.com

Encore amer de l’élimination rapide de son équipe en séries, le gardien de but Marc-André Fleury souhaite que la Ligue nationale de hockey (LNH) opte pour un système optimal de reprises vidéo qui éviterait aux officiels de commettre des erreurs coûteuses.

En avance 3-0 dans le septième et ultime match, les Golden Knights de Vegas ont vu les Sharks de San Jose marquer à quatre reprises pendant le même avantage numérique de cinq minutes en troisième période. Vegas a marqué en fin d’engagement pour créer l’égalité, mais les Sharks ont tranché le débat en prolongation pour se sauver avec la série.

Sauf que la pénalité de cinq minutes décernée à Cody Eakin n’en était pas une, a tranché la LNH, qui a offert ses excuses aux Golden Knights et a envoyé en congé les deux officiels pour le reste des séries.

Depuis, le débat autour des reprises vidéo élargies s’est enflammé. Pour l’instant, les entraîneurs peuvent utiliser leur « challenge » sur un but ou pour un hors-jeu, mais pas sur une pénalité. Questionné sur le bilan de son équipe par le journal Les 2 Rives, Marc-André Fleury a dit souhaiter que la LNH élargisse son règlement.

« Ce serait une bonne chose [la reprise vidéo lors des pénalités]. Certaines personnes disent que ça peut ralentir le jeu, mais pour nous, c’était la game #7 et ç’a été coûteux. Le jeu va tellement vite, ce n’est pas facile tout voir. Je pense que quelqu’un en haut peut aider les officiels, surtout dans des situations critiques comme celle-là, et on ne perdrait pas trop de temps sur le jeu », croit le Sorelois.

Malgré tout, Fleury dit être passé à autre chose, même s’il souhaitait évidemment continuer sa route en séries.

« Je l’ai encore sur le cœur, mais c’est moins pire que la première semaine après l’élimination. Les Sharks ont une bonne équipe. La game 6, on avait très bien joué, mais on a perdu 2-1 en deuxième prolongation. La game 7, on a encore mieux joué, ce n’est juste pas tourné en note faveur », résume le gardien de but de 34 ans, qui a terminé la saison régulière avec 35 victoires, dont huit blanchissages, en 61 matchs.

Saison satisfaisante

Après deux saisons à garder les buts des Golden Knights, « Flower » ne se gêne pas pour dire qu’il est satisfait des deux dernières années à Las Vegas.

« Personne ne nous voyait connaître autant de succès en deux ans. Cette année, les attentes étaient élevées et les autres équipes nous attendaient de pied ferme. C’est décevant d’avoir terminé aussi tôt parce qu’on aurait pu bien faire dans les séries », croit-il.

Les Golden Knights avaient pourtant démarré lentement en début de saison. Après 22 matchs, leur fiche était de 9-12-1. Un été plus court, eux qui avaient atteint la finale de la Coupe Stanley l’été précédent, pourrait expliquer ce départ modéré. L’organisation a toutefois repris son rythme de croisière par la suite. Du 19 novembre 2018 au 8 janvier 2019, ils ont récolté 20 victoires, deux défaites en temps réglementaire et deux défaites en surtemps.

« La parité est tellement bonne que chaque match est important. Si on n’arrive pas prêt un jour, on va se faire battre, peu importe contre qui on joue. Il nous manquait aussi plusieurs joueurs en début de saison en raison de blessures ou de suspensions, mais quand ils sont revenus, on va vu notre vrai visage », analyse le #29.

Fleury se dit confiant pour l’an prochain. Peu de changements sont à prévoir dans la formation, qui comptera sur les services de Max Pacioretty, Mark Stone, Jonathan Marchessault, Nate Schmidt, Shea Theodore et Reilly Smith, entre autres, pour plusieurs saisons.

« On anticipe une autre bataille pour entrer en séries. Rendu là, on ne sait pas ce qui peut arriver », conclut le cerbère sorelois, à qui il reste trois ans à son contrat d’une valeur de 7 M$ par année.

Fleury a déjà recommencé l’entraînement en vue de la prochaine saison. Dans les prochains jours, lorsque ses filles auront terminé l’école, la famille quittera Las Vegas et s’envolera pour Sorel-Tracy afin d’y passer une partie de l’été dans la région. Le Sorelois sera d’ailleurs présent le 21 juin, à la Classique de golf Beauchemin-Fleury-Beauvillier, au Club de golf Les Dunes. Il retournera ensuite à Las Vegas début août.

image