24 février 2017
Entrevue en cinq questions avec Sylvain Beauvillier
Par: Deux Rives

Au lendemain de la partie de son fils face aux Canadiens de Montréal au Centre Bell, Sylvain Beauvillier a accepté de se confier au journal lors d’une entrevue en cinq questions.

Publicité
Activer le son

Question #1: Tout d’abord, comment as-tu vécu la soirée d’hier, en tant que partisan, mais aussi en tant que parent de joueur?

Réponse: « C’est mémorable, cette soirée-là. On était une cinquantaine à venir le voir jouer. C’est spécial parce que c’était la première fois qu’on se rendait au Centre Bell, mais en voulant que les Canadiens perdent. En plus, on se disait que ce serait magique si Anthony marquait et c’est arrivé. Il n’a pas perdu de temps en plus, dès son troisième chiffre sur la patinoire. On a sauté dans les airs et les émotions ont monté assez vite. »

Question #2: On a pu t’apercevoir émotif à la télévision lorsqu’Anthony a marqué un but contre Carey Price. Qu’est-ce qui est venu te chercher le plus à ce moment?

Réponse: « Je pense que c’est le fait d’être chez lui au Centre Bell et de marquer contre Carey Price. Il est considéré comme un des meilleurs gardiens au monde et mon gars réussit à marquer. C’est venu me chercher. »

Question #3: Comment te sentais-tu lorsque ton fils était souvent laissé de côté par les Islanders?

Réponse: « C’est sûr que quand ton enfant est malheureux… Un cheval de course il faut que ça coure. Un joueur de hockey ça doit être sur la glace tous les soirs. On a continué de l’encourager et on lui disait que c’était une période à passer. Tu n’arrives pas dans la Ligue nationale en déplaçant des vétérans comme tu veux. Quand tu as une chance, il faut que tu la prennes et c’est comme ça que ça fonctionne. On était là pour l’encourager même si ce n’était pas facile. »

Question #4: C’est une grande adaptation de devenir un joueur de la Ligue nationale de hockey. Comment ça se passe pour les parents?

Réponse: « Notre deuil du junior n’était pas fait comme Anthony avait encore l’âge de jouer avec eux. Quand il m’a dit papa, ils me gardent. Wow, ça change la donne là. C’est une grosse coche parce que tu joues avec des hommes. L’hommage à Shawinigan a aussi été spécial avec une ovation debout. Les gens de Shawinigan ont été très généreux avec lui. »

Question #5: Qu’est-ce qui te rend le plus fier avec la situation actuelle d’Anthony?

« Il est resté le même Anthony que tout le monde a toujours connu. Ce qui l’a amené là c’est vraiment sa détermination et sa hargne. Le fait que le monde ait toujours dit qu’il était trop petit et qu’il ne réussirait pas. Ça a toujours été une source de motivation pour lui. »

Du côté du frère d’Anthony, Françis Beauvillier, lui aussi joueur de hockey pour l’Université du Nouveau-Brunswick, son père a expliqué qu’il a commencé les séries éliminatoires hier soir. Il a remporté la première rencontre 5 à 1 avec une récolte de deux buts. Lui aussi, il a obtenu la première étoile du match et des dépisteurs viennent le regarder jouer. Il a toujours espoir de faire carrière chez les professionnels.

image