3 décembre 2018
Deux femmes fêtent leur 100e anniversaire la même semaine à Sorel-Tracy
Par: Jean-Philippe Morin

Juliette Gendron, qui a fête son 100e anniversaire le 10 novembre, pose en compagnie du maire de Sorel-Tracy, Serge Péloquin. (Photo: Pascal Gagnon)

Marguerite Jalbert a fêté son 100e anniversaire le 18 novembre. (Photo: Pascal Cournoyer)

Juliette Gendron et Marguerite Jalbert ont fête leur 100e anniversaire à huit jours d’intervalle à Sorel-Tracy.

Publicité
Activer le son

Juliette Gendron

Une petite fête a d’abord été organisée le samedi 10 novembre à la Résidence du Parc de Sorel-Tracy à l’occasion du 100e anniversaire de Juliette Gendron. Le maire de Sorel-Tracy Serge Péloquin et l’abbé Gérald Ouellette étaient présents pour l’occasion.

Née à Saint-Antoine-sur-Richelieu, Mme Gendron est le neuvième enfant de la famille qui en compte 12. Elle a travaillé comme couturière durant plusieurs années. Elle est restée célibataire et a demeuré avec ses parents jusqu’en 1974. Lorsque les enfants d’une famille de Boucherville ont perdu leur mère, le père a alors demandé l’aide de Juliette Gendron pour l’entretien de la maison, mais aussi pour donner de l’amour à ses deux enfants, ce qu’elle a fait. L’aîné était alors âgé de 11 ans et le plus jeune de deux ans. Elle est demeurée avec cette famille jusqu’en 1984, année où elle a pris sa retraite.

Après le départ de ses parents, elle et ses deux sœurs ont acheté une propriété à Saint-Antoine-sur-Richelieu, maison qu’elle quittera définitivement en janvier 2013. Après un mois d’hospitalisation, Juliette s’est installée à la Résidence du Parc, où se sent chez elle.

Marguerite Jalbert

Marguerite Jalbert a fêté ses 100 ans le 18 novembre. Encore très alerte intellectuellement, Mme Jalbert continue d’animer les mardis de Saint-Antoine à la résidence l’Arc-en-ciel, sur le chemin des Patriotes à Sorel-Tracy.

Elle joue aussi aux cartes tous les soirs avec le propriétaire de la résidence. Lorsqu’elle était plus jeune, elle était enseignante. Elle a aussi été comédienne dans des pièces de théâtre, en plus d’être proche aidante, décrit sa fille Lucie Phaneuf.

« Elle s’occupait de mon père qui est décédé de la maladie d’Alzheimer. À l’époque, la maladie n’était pas connue, mais elle a mené une lutte auprès du gouvernement pour la faire reconnaître et obtenir une indemnité. Les médecins ne voulaient pas signer à l’époque puisqu’ils ne connaissaient pas la maladie. Elle a gagné son combat, c’est une battante », décrit-elle.

Mme Jalbert a vécu longtemps à Saint-Ours, où elle participait à des rencontres religieuses.

image