30 janvier 2017
Des Soreloises touchées par les attentats
Par: Sarah-Eve Charland
Les attentats qui se sont déroulés hier ont causé six morts. | Francis Vachon/La Presse Canadienne

Les attentats qui se sont déroulés hier ont causé six morts. | Francis Vachon/La Presse Canadienne

Plusieurs Sorelois ont vécu de près les attentats qui ont causé la mort de six personnes, à Québec le 29 janvier. C’est le cas de Carole-Anne Lequin et de Isabelle Dufresne qui ont accepté de raconter comment elles ont vécu les événements.

Rappelons qu’un suspect armé a fait feu dans le Centre culturel islamique de Québec le 29 janvier tuant six personnes et en blessant 19 autres.

Lorsque Carole-Anne Lequin a quitté son emploi au milieu de la nuit, elle s’est inquiétée de son retour à la maison. Elle habite près de la mosquée qui a été visée par l’attentat.

« Je ne savais pas si les suspects avaient été arrêtés. J’avais un peu peur en retournant chez moi. J’ai vu au moins huit voitures de police garées dans des entrées de maison sur mon retour à la maison. »

La Soreloise Isabelle Dufresne habite également près de la mosquée visée par cet attentat. « Ça s’est passé au bout de ma rue. J’étais chez moi, mais je n’ai rien entendu d’alarmant. J’habite près d’une autoroute. J’entends donc souvent des alarmes des policiers, mais cette fois-ci, c’était particulièrement intense. »

Elle a pu se rendre à sa pratique de basketball et revenir chez elle sans entrave. Malgré tout, une partie de la rue était barricadée par des autopatrouilles, dit-elle.

« Je me suis toujours dit que tout peut arriver, qu’on soit à Québec ou ailleurs. Ma crainte ne va pas augmenter ou diminuer. En général, je me sens en sécurité », conclut Mme Dufresne.

Les politiciens solidaires

Les élus de la région se sont montrés attristés par les événements sur les réseaux sociaux. Ils ont tous offert leurs condoléances aux familles des victimes.

« Qui aurait cru qu’un tel geste barbare se produise dans une ville paisible comme Québec? C’est l’incompréhension totale. Espérons qu’il s’agisse de gestes isolés et que la réputation du Québec comme nation accueillante, tolérante et pacifique n’en sera pas trop affectée », a affirmé le député de Bécancour-Nicolet-Saurel, Louis Plamondon

La Ville de Sorel-Tracy a mis ses drapeaux en berne. « Encore une fois la douleur est muette! Je ne trouve pas de mots suffisamment forts pour expliquer ce que je ressens depuis l’horrible nouvelle. Tous ces morts pour rien », a publié le maire de Sorel-Tracy, Serge Péloquin.

« Haine et violence habitent partout. Amour et solidarité aussi, heureusement. Pensées aux victimes et aux familles et foi en l’amour », s’est désolé le député de Richelieu, Sylvain Rochon.

image