26 juin 2018
Des Sorelois se préparent pour les Régates de Valleyfield
Par: Jean-Philippe Morin

Pierre Pontbriand a terminé quatrième en classe Can-Am avec le bateau des Durand d'Aciers Richelieu l'an dernier à Valleyfield. (Photo : gracieuseté)

Dominic Cournoyer a déjà été champion canadien. (Photo : gracieuseté)

De nombreux pilotes sorelois pourraient participer aux 80e Régates de Valleyfield qui se tiendront du 13 au 15 juillet.

Publicité
Activer le son

Dominic Cournoyer, Pierre Pontbriand, Francis Durand, Joël Plourde, Louis-Alexandre Beaudoin et Valmont Groulx sont tous des pilotes de la région. Parmi eux, Dominic Cournoyer et Joël Plourde participeront en classe Can-Am, tandis que Louis-Alexandre Beaudoin et Valmont Groulx seront dans le même bateau dans la classe Jersey Speed Skiff (JSS).

Quant à Pierre Pontbriand et Francis Durand, ils ne sont pas certains de prendre part à l’aventure cette année. L’an dernier, Pierre Pontbriand a participé aux courses avec le bateau de Francis Durand, ce dernier ne se sentant pas prêt à courser. Le vétéran effectuait un retour et il a terminé quatrième dans la catégorie Can-Am, après une absence de plusieurs années.

« Les meilleurs pilotes et bateaux d’Amérique du Nord y étaient, alors c’est sûr que je suis satisfait de ce résultat, surtout que c’était ma première course en 12 ans et ma deuxième en 17 ans. Pour cette année, on ne s’est pas entendus pour que je reprenne le volant du bateau d’Aciers Richelieu et des Durand, alors Francis pourrait piloter son propre bateau », explique Pierre Pontbriand.

Ce dernier dit avoir reçu quatre offres pour piloter un autre bateau à Valleyfield, mais sa décision n’est pas arrêtée.

De son côté, Francis Durand estime ses chances de courser avec son bateau à Valleyfield à 50%. « Si j’ai du temps, je vais le faire. On est inscrit, donc c’est sûr que le bateau d’Aciers Richelieu va y être. Reste à savoir qui va le piloter. Il y a une chance sur deux que ce soit moi », souligne-t-il.

Dominic Cournoyer, qui a été champion canadien, pilotera aussi dans la catégorie Can-Am. L’an dernier, il avait terminé septième à Valleyfield. Le Sorelois est celui qui a rendu possible la tenue de cette catégorie avec ses contacts puisqu’il a incité plusieurs pilotes d’Amérique du Nord à s’y inscrire.

« L’an dernier, 18 bateaux ont coursé dans cette catégorie et cette année, il y a déjà 18 inscriptions. Il pourrait y en avoir une vingtaine cette année. C’est une classe spectaculaire avec des moteurs à gros blocs. J’ai pris l’initiative d’aller chercher des pilotes des côtes est et ouest pour relancer cette classe qui n’a pas eu lieu depuis plusieurs années », souligne Dominic Cournoyer.

Cette saison, le Sorelois a terminé au premier rang aux Régates de Greenwood Lake, au New Jersey, dans la catégorie Sportsman Entry, le 17 juin.

Déjà des courses en Jersey Speed Skiff

Les deux amis d’enfance Louis-Alexandre Beaudoin et Valmont Groulx ont déjà entamé leur saison aux Régates de Cambridge, au Maryland, les 19 et 20 mai. Ils se sont classés sixièmes en finale sur 12 bateaux inscrits dans la classe JSS, une catégorie qui nécessite des bateaux en tandem avec un pilote et un copilote.

« Ça s’est très passé. C’était notre baptême de feu et on s’est bien débrouillés », explique Louis-Alexandre Beaudoin. Le bateau qu’il pilote appartient à son père Michel, propriétaire de Minéraux Mart à Sainte-Victoire-de-Sorel.

Les Sorelois seront en action à Valleyfield. « On fait cinq courses dans l’année, mais Valleyfield, c’est spécial. C’est une des plus grosses courses en Amérique du Nord, alors on va arriver prêts! »

Une course à Sorel-Tracy?

Pierre Pontbriand et Dominic Cournoyer caressent toujours la possibilité de tenir des régates à Sorel-Tracy. Ils espèrent qu’un comité sera mis en place afin de convaincre les élus du bien-fondé d’un tel événement.

« Ça fait longtemps que j’en parle, lance Pierre Pontbriand. Il faut que les villes s’impliquent. On a le site avec le fleuve et le quai Catherine-Legardeur, on a la volonté, il faut maintenant tout coordonner et s’asseoir. »

De son côté, Dominic Cournoyer croit qu’un tel événement pourrait bien s’arrimer avec le Gib Fest. « Les gens qui font des courses et qui vont aux courses, ils cherchent quelque chose à faire en soirée. Il y a le potentiel ici, mais il faut que l’eau soit assez haute. Pendant le Gib Fest, ce serait l’idéal, on amènerait pas mal de touristes. Ç’a toujours été un rêve de courir chez nous », conclut M. Cournoyer.

image