20 novembre 2015
Des projets de développement pourraient créer 1600 emplois
Par: Julie Lambert
Le président de Grilli Samuel, Yves H. Samuel et le président-directeur général du Fonds, Normand Bélanger. | Photo: TC Média - Julie Lambert

Le président de Grilli Samuel, Yves H. Samuel et le président-directeur général du Fonds, Normand Bélanger. | Photo: TC Média - Julie Lambert

Deux joueurs importants dans l’immobilier au Québec, le Fonds immobilier de solidarité FTQ et Grilli Samuel Consortium immobilier, ont acquis 4,3 millions de pieds carrés de terrain à Contrecœur. Ils serviront à implanter des projets industriels et commerciaux évalués à 200 M$ et qui pourraient créer 1600 emplois.

Le président-directeur général du Fonds immobilier de solidarité FTQ, Normand Bélanger, a souligné que cette décision s’inscrivait parfaitement dans le cadre de la Stratégie maritime du gouvernement.

« C’était une décision gagnant-gagnant. Nous avions la possibilité de profiter d’un beau projet qui servira à créer de l’emploi. »

Travaillant en collaboration avec la Ville de Contrecœur depuis trois ans, Yves H. Samuel président de l’entreprise Grilli Samuel, se réjouissait d’avoir pu adapter le projet.

« C’est une première étape vers le développement de la municipalité. On envisage de le remplir dans un horizon de huit ans. On pense que cela pourrait se faire plus vite, surtout si de grosses bannières s’y installent », pense-t-il.

Le projet, estimé à 200 M$, se divise en deux : le pôle industriel (Technopole Contrecœur) et le pôle commercial (Cité 3000). Le premier accueillera des entrepôts et des centres de distribution tandis que l’autre recevra des bâtiments à vocation commerciale ainsi qu’une aire de services autoroutiers.

Un pas pour le développement

Cette transaction est un bon pas en avant dans le projet de Contrecœur de développer son pôle logistique de transport, soutient la mairesse de la municipalité, Suzanne Dansereau. Elle affirme que de belles annonces s’en viennent concernant des entreprises intéressées à s’implanter.

« Cela amènera des retombées économiques, que ce soit avec des emplois, mais aussi des investissements. Toutes les villes de Montréal à Sorel-Tracy ont travaillé très fort pour que nous obtenions ce titre. Ce premier investissement n’est qu’un premier pas. C’est un jour exceptionnel de voir que ce rêve se réalise. C’est aussi une victoire de solidarité dans toute notre région. »

L’annonce a été faite aujourd’hui en présence du ministre du ministre des Transports et à l’Implantation de la Stratégie maritime, Jean d’Amour, venu parler de l’importance du pôle logistique à Contrecœur. Il a aussi salué l’initiative des deux investisseurs.

« Cette implication fait toute une différence. On espère que Contrecoeur connaîtra le succès. Québec a fait sa part en s’engageant à appuyer des projets dans le cadre de notre politique. De pareils investissements du privé, ce n’est pas banal », souligne-t-il.

Un enthousiasme partagé

Les députés provinciaux de Richelieu et Verchères, Sylvain Rochon et Stéphane Bergeron, et celui au fédéral dans Pierre-Boucher-Les-Patriotes-Verchères, Xavier Barsalou-Duval, étaient tous enthousiastes à l’idée de voir plusieurs emplois se créer dans la région.

« S’il y avait des sceptiques sur l’importance de nous battre pour que le pôle s’installe ici, je crois qu’ils seront confondus. Nous deviendrons un choix incontournable. Les investissements sont déjà commencés et cela ira à un rythme important », a réagi M. Bergeron.

De son côté, le maire de Sorel-Tracy, Serge Péloquin, est content que le travail de concertation des municipalités ait été payant. Autant le milieu des affaires que celui politique ont appuyé le projet de Contrecœur, rappelle-t-il.

« C’est le début d’une belle aventure et permettra la relance économique de notre région. Au départ, ce n’est pas tout le monde qui croyait que cela allait être possible. Cet investissement est une indication palpable de continuer à travailler. Nous avons hâte puisque Sorel-Tracy, qui est en aval, devrait aussi en bénéficier. »

image