26 novembre 2019
Des lunchs zéro déchet dans quatre écoles primaires pendant une semaine
Par: Jean-Philippe Morin

Le préfet de la MRC de Pierre-De Saurel, Gilles Salvas et la directrice de l’école Maria-Goretti, Dominique Dussault, entourés des élèves fréquentant le service de garde de l’école. Photo gracieuseté

Près de 750 élèves de quatre écoles primaires de la région ont participé au défi d’organiser un lunch zéro déchet pendant la Semaine québécoise de réduction des déchets.

Publicité
Activer le son

L’initiative de la MRC de Pierre-De Saurel a permis de couronner l’école Maria-Goretti puisqu’elle est celle ayant réduit le plus ses déchets. Les autres écoles participantes étaient Saint-Gabriel-Lalemant, Sainte-Victoire et les écoles de Yamaska.

Grâce au défi et à la sensibilisation, il y a eu une diminution des déchets de 28 livres pour l’ensemble des écoles, passant de 65 livres lors de la première caractérisation à 37 livres lors de la journée du défi. Si les efforts étaient maintenus pendant toute l’année scolaire, la diminution serait évaluée à 5000 livres.

Le défi était proposé aux élèves fréquentant le service de garde des écoles participantes. Une première caractérisation (pesée des matières par catégorie) des matières générées par les lunchs a été réalisée par la MRC afin de déterminer un premier ratio quantité de matières résiduelles produite par élève pour chaque école.

Ensuite, les élèves ont eu la visite de l’organisme Les Ateliers Je suis capable pour un atelier de sensibilisation sur le sujet de la réduction.

Enfin, le jour du défi, une deuxième caractérisation a eu lieu permettant d’établir un résultat quant à la diminution la plus marquée. Afin de les inciter à poursuivre leur effort tout au long de l’année, les élèves ont reçu une pochette à collation réutilisable grâce à un partenariat réalisé avec la boutique Chez Coraféli. En plus d’un prix en argent, le service de garde gagnant se mérite aussi une visite au site d’enfouissement et à la plateforme de compostage afin de voir concrètement comment leurs efforts de réduction collectifs peuvent être significatifs.

image