29 octobre 2018
Des insatisfactions amènent des changements dans le transport adapté régional
Par: Sarah-Eve Charland

Plusieurs changements seront opérés au sein du service de transport adapté afin de diminuer les insatisfactions. (Photo : Pascal Cournoyer)

Des changements majeurs seront effectués au sein du service de transport adapté afin d’assurer un service d’appel les soirs et les fins de semaine.

Publicité
Activer le son

Le service engagera deux téléphonistes, ce qui portera le nombre à quatre. Les heures des prises d’appel seront étendues afin de se conformer à l’horaire du Taxibus. Le nouvel horaire devrait être mis en place d’ici deux semaines. Un directeur général a également été embauché.

« Il n’y avait pas de service d’appel les soirs et les fins de semaine, ce qui pouvait créer des insatisfactions. Les gens devaient réserver à l’avance le service de transport. Il n’y avait personne qui répondait s’il y avait des urgences. On n’avait pas les ressources ni le financement », affirme le président du comité de service de transport adapté et collectif régional (STACR) et maire de Sorel-Tracy, Serge Péloquin.

« On n’était pas parfait. Il pouvait y avoir des changements d’horaire laissés sur une boîte vocale qui devaient être transmis au chauffeur, mais il y avait des oublis. Il faut avoir des personnes qui répondent directement au téléphone », poursuit-il.

Le service de transport adapté recevait 75 000$ en subvention par année. En 2017, le service a offert 41 429 transports alors que le nombre se situait à 34 634 en 2013.

Afin d’obtenir une plus grande subvention, le transport adapté, le transport collectif régional et le taxibus ont été regroupés au sein du même organisme sans but lucratif. Le taxibus était géré par le réseau de transport métropolitain Exo.

« Il était géré à Longueuil. En le rapatriant, on s’assure de le maintenir en place dans la région. En regroupant les déplacements avec le transport adapté, collectif et du Taxibus, on devient éligible à une nouvelle braguette de subventions. On a reçu une subvention supplémentaire de 200 000$ par année », mentionne M. Péloquin.

Le comité STACR évalue aussi la possibilité d’acheter une mini fourgonnette. Lorsque les quatre autobus sont déjà utilisés sur le territoire de la MRC de Pierre-De Saurel, ce nouveau véhicule permettrait d’effectuer des déplacements supplémentaires. Les administrateurs évalueront les budgets.

Le comité travaille également à développer davantage une collaboration avec un transporteur privé afin d’effectuer des transports d’urgence s’il y a lieu.

Des clients soulagés

La directrice générale de l’Association de la déficience intellectuelle région Sorel-Tracy (ADIRS), Julie Trudeau, voit d’un très bon œil les changements qui seront apportés d’ici quelques semaines.

« Il y a eu plusieurs changements dans l’équipe depuis la création du transport adapté. Dépendamment des équipes, il y avait des bonnes et des moins bonnes périodes. Maintenant, ils sont plus en recherche rapide de solutions. On n’est plus dans l’argumentaire de qui a commis la faute. On ne veut pas savoir qui a commis la faute. On veut trouver des solutions », affirme Mme Trudeau.

Tous les jours, une vingtaine de personnes utilisant les services de l’ADIRS font appel au service de transport adapté.

« Le contact humain est mis à l’avant-plan autant du côté des chauffeurs que des téléphonistes. […] Le transport doit faire partie de la chaîne de personnes responsables de la sécurité des personnes ayant des limitations intellectuelles. Que ce soit la famille, le transporteur, l’intervenant au CLSC ou à l’ADIRS, tout le monde doit s’assurer que les besoins sont répondus », mentionne Mme Trudeau.

image