11 février 2020
Les échos du conseil municipal du 3 février à Sorel-Tracy
Des développements domiciliaires en route
Par: Sébastien Lacroix
Le conseil municipal de Sorel-Tracy a siégé le 3 février dernier.
Photo Capture d’écran

Le conseil municipal de Sorel-Tracy a siégé le 3 février dernier. Photo Capture d’écran

Des projets de développements domiciliaires ont reçu des autorisations du conseil municipal de la Ville de Sorel-Tracy afin de continuer les démarches vers leur concrétisation.

Publicité
Activer le son

La Ville de Sorel-Tracy a d’abord vendu une bande de terrain au sud de la rue de la Comtesse, entre les rues de Nouë et Goupil. Une portion qu’elle avait acquise à l’époque de la Canadian Celanese, une entreprise de textile qui s’était établie dans le secteur à la fin des années 1940.

Cette bande de la largeur d’un trottoir, qui longe le terrain du Complexe industriel de la Trente, avait pour effet d’empêcher un développement domiciliaire qui est prévu dans le secteur. « Ça faisait comme une barrière », illustre le maire de Sorel-Tracy, Serge Péloquin.

La superficie de la bande a ainsi été calculée au pied carré pour établir le montant du prix de la vente qui s’est soldé à près de 5100 $ plus les taxes. Une entente avec le promoteur qui a été entérinée par le conseil pour favoriser la densification du secteur.

Il s’agit d’une étape vers la réalisation de la première phase du projet de développement domiciliaire le long de la rue de la Comtesse. Un changement de zonage a déjà été autorisé, mais il reste encore l’autorisation du lotissement et des permis à obtenir auprès du ministère de l’Environnement. D’autres discussions devront être menées pour le reste du projet de densification.

Par ailleurs, la Ville de Sorel-Tracy a autorisé la signature du protocole d’entente pour la réalisation de travaux de génie civil pour les infrastructures qui permettront le développement de la place des Patriotes.

Il s’agit d’un rond-point qui débouchera sur le chemin des Patriotes en face du stationnement de la clinique dentaire Grenon, près de la Taverne du Pont. Cette nouvelle rue permettra le développement de neuf terrains résidentiels.

Des appuis pour le complexe sportif et récréatif

Une autre étape a été franchie vers la présentation du projet de complexe sportif et récréatif dans le cadre du Programme d’aide financière aux infrastructures récréatives et sportives (PAFIRS) doté d’une enveloppe fédérale-provinciale de 294 M$.

Le conseil municipal a en effet donné son autorisation au directeur des loisirs de la Ville de Sorel-Tracy à signer les documents et à déposer le dossier du projet évalué à 28 M$ avant la date butoir du 27 février.

Pour démontrer la pertinence du projet, des résolutions d’appui des municipalités environnantes ont été incluses dans le dossier de candidature, tout comme de nombreuses lettres d’intérêt des associations sportives de la région. « Il y a une réponse positive. Ça va super bien de ce côté-là », souligne le maire Serge Péloquin.

La prochaine étape s’adressera aux gens d’affaires de la région pour qu’ils manifestent l’importance d’avoir des infrastructures de qualité dans la région. Le 20 février prochain, dans le cadre d’un dîner-conférence organisé par la Chambre de commerce et d’industrie de Sorel-Tracy (CCIST), des formulaires seront disponibles pour signer sur place et greffer le tout au dossier.

Un programme pour stimuler la revitalisation du centre-ville

Le conseil municipal a adopté un règlement concernant l’établissement d’un programme de rénovation des bâtiments ayant une valeur patrimoniale. Un programme qui a pour but de stimuler la revitalisation du centre-ville du Vieux-Sorel qui nécessite des interventions pour favoriser sa mise en valeur.

De nombreux bâtiments avaient été répertoriés lors d’une étude réalisée entre 2013 et 2016 par la firme Patri-Arch afin de doter la Ville de Sorel-Tracy d’un inventaire de son patrimoine bâti. Une hiérarchie a ainsi pu être établie puisque les bâtiments ont obtenu une valeur patrimoniale « faible », « moyenne », « bonne », « supérieure » ou « exceptionnelle ».

Les propriétaires pourront obtenir une aide financière allant de 2500 $ à 20 000 $ égale à 50 % des coûts des travaux admissibles. Ceux dont la valeur est « faible » seront limités à des travaux sur la toiture. Tandis que les autres pourront apporter des correctifs également aux différents éléments extérieurs.

L’enveloppe budgétaire qui sera consentie à la rénovation des bâtiments patrimoniaux devrait être adoptée lors de la séance du conseil municipal du 17 février prochain.

image