28 novembre 2017
La Guignolée le 3 décembre
Des demandes grandissantes auprès des organismes
Par: Jean-Philippe Morin

Joëlle Racine, responsable de la Guignolée au CAB et Nathalie Maréchal, responsable des paniers de Noël au CAB, comptent sur la générosité de la population encore cette année pour aider les plus démunis. (Photo: Jean-Philippe Morin)

Le Centre d’Action bénévole (CAB) du Bas-Richelieu se prépare en vue de la Guignolée du 3 décembre. Malgré les besoins grandissants de la population et l’imposant nombre de bénévoles, les dons sont en diminution depuis quelques années.

Environ 600 bénévoles sillonneront les routes de Sorel-Tracy, Sainte-Anne-de-Sorel et Saint-Joseph-de-Sorel entre 11h et 14h afin de récolter les denrées et les dons de la population.

Après la récolte des denrées, environ 200 autres bénévoles s’affaireront à les assembler en paniers de Noël pour les personnes moins bien nanties.

« Les besoins sont de plus en plus grands, lance la responsable des paniers de Noël au CAB, Nathalie Maréchal. On a remarqué la tendance tout au long de l’année aussi. Les demandes de dépannage arrivent plus tôt dans le mois et non vers la fin du mois. »

Même si les périodes de dépannage sont nombreuses pendant toute l’année, c’est en novembre et décembre que le besoin se fait le plus sentir. Pendant cette période, le CAB double sa production de paniers.

« Parfois, obtenir de l’aide peut représenter un petit lousse dans le budget d’un couple qui veut acheter des cadeaux de Noël à ses enfants. […] Parfois, c’est une étudiante qui a une mauvaise passe et qui va venir nous aider bénévolement quelques années plus tard », souligne la responsable de la Guignolée au CAB, Joëlle Racine.

« On voit moins de familles, mais plus de personnes seules. Parfois, on a des gens de l’extérieur de la région qui viennent s’installer ici parce que le loyer est moins cher, mais ces personnes ont besoin d’aide quand même », ajoute Nathalie Maréchal.

Les deux intervenantes du CAB demandent aussi aux gens de donner ce qu’ils aimeraient recevoir et de faire attention aux aliments périmés.

« C’est impressionnant après la collecte de voir la montagne de denrées. Les bénéficiaires sont très reconnaissants », témoigne Joëlle Racine. « C’est là qu’on voit que les petits lutins de Noël existent! », renchérit Nathalie Maréchal.

La période d’inscription au CAB pour les familles dans le besoin se déroule jusqu’au 5 décembre.

Le Groupe d’Entraide Sorel-Tracy est aussi sollicité

Du côté du Groupe d’Entraide Sorel-Tracy (GEST), 225 familles ont été aidées grâce à des paniers de Noël l’an dernier, ce qui correspond à environ 1300 boîtes d’épicerie. Le GEST se veut un service complémentaire au CAB puisque ce ne sont pas les mêmes familles qui reçoivent des paniers.

« On tient une fête le 16 décembre où les enfants et les adultes reçoivent les denrées. C’est vraiment un gros party pour les enfants et on reçoit nos invités avec des canapés et des hors-d’œuvre », explique le directeur général Gil-Émil Laflamme.

Selon M. Laflamme, le portrait de la pauvreté change d’année en année. « Ce ne sont pas juste des gens sur l’aide sociale. On reçoit davantage de gens au salaire minimum et des jeunes familles. Les besoins de ces gens augmentent à ce niveau », remarque-t-il.

Des chiffres* des deux dernières années au CAB du Bas-Richelieu

Année                                             2015          2016

Paniers                                           686             730

Personnes aidées                          1009          1258

Denrées ($) à la Guignolée          99 003$    64 798$

Argent récolté à la Guignolée      46 685$    44 183$

Total reçu à la Guignolée             145 688$  108 981$

*Le tableau démontre que malgré que plus de gens demandent à être aidés, les dons diminuent d’année en année.

image