3 juillet 2015
Des citoyens se plaignent des prix de stationnement
Par: Julie Lambert
Le citoyen de Saint-Robert, Alain Pelletier, déplore le tarif de 300$ demandé aux non-résidents de Contrecœur pour l’accès au quai municipal. | TC Média - Julie Lambert

Le citoyen de Saint-Robert, Alain Pelletier, déplore le tarif de 300$ demandé aux non-résidents de Contrecœur pour l’accès au quai municipal. | TC Média - Julie Lambert

La hausse du prix pour le stationnement de la rampe de mise à l’eau à Contrecœur, qui est passé de 200$ à 300$ cette saison, fait rager plusieurs citoyens non-résidents de la région.

Le résident de Saint-Robert, Alain Pelletier, est indigné de la décision de la municipalité de hausser le prix de la vignette de stationnement annuel à 300$ et de faire disparaître les billets journaliers pour ceux n’habitant pas la municipalité.

Selon lui, c’est trop cher payer pour un simple pêcheur qui se rend à la marina seulement trois à quatre fois par année surtout que le stationnement est souvent libre pendant la semaine, moment où il s’y rend avec son embarcation.

« J’ai l’impression qu’on veut profiter de moi. Je dois déjà payer mon gaz pour venir ici. Le prix est carrément exorbitant surtout que les résidents paient à peine 10$ par année. C’est déplorable d’abuser du monde comme ça. C’est comme si on disait aux gens allant à l’Hôtel-Dieu de Sorel provenant de l’extérieur qu’il y a un tarif spécial pour eux quand ils veulent se stationner! », s’exclame avec incompréhension le citoyen.

La mairesse de Contrecœur, Suzanne Dansereau, pense que cette décision était nécessaire pour le bien-être de ses citoyens. Selon elle, il arrivait trop souvent que l’accès au stationnement de la mairie et du quai municipal soit rempli à pleine capacité en raison des plaisanciers.

Le fleuve appartient à tout le monde, soutient-elle, il n’en coûte rien pour descendre son bateau et il existe plusieurs autres stationnements aux alentours de la rampe de mise à l’eau.

« Nous voulions favoriser nos citoyens. C’est tout à fait légitime qu’ils puissent profiter des lieux publics qu’ils paient avec leurs taxes. Nous sommes encore moins cher qu’ailleurs. Toutes les municipalités font la même chose pour les non-résidents », pense la mairesse.

Prix du stationnement pour les rampes de mise à l’eau municipales

Municipalités Tarif journalier Vignette annuelle pour les résidents Vignette annuelle pour les non-résidents
Sorel-Tracy Aucun 25$ Seulement pour les résidents
Contrecoeur 5$ seulement pour les résidents 10$ 300$
Sainte-Anne-de-Sorel 20$ pour tous 63,25$ 172,45$
Saint-Joseph-de-Sorel Aucun 25$ Seulement pour les résidents
Yamaska 20$ 125$ Seulement pour les résidents
Saint-Roch-de-Richelieu Gratuit
Saint-Ours Gratuit

Pas mieux ailleurs?

Il n’y a aucune réglementation pour les municipalités concernant les tarifs des rampes de mise à l’eau. Chacune est libre d’adopter une grille de tarif basée sur les critères de son choix.

L’Association des Pêcheurs Sportifs du Québec (APSQ) a déposé une pétition demandant au ministère des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire (MAMOT) afin que toutes les municipalités permettent l’accès aux rampes de mises à l’eau sur leurs territoires, à tous les citoyens et ce, à un coût raisonnable sans égard à leur lieu de résidence.

L’Association des chasseurs et des pêcheurs de Sainte-Anne-de-Sorel milite depuis quelques années pour la même chose et sa présidente, Carole Descheneaux, appuie la pétition.

« Les gens doivent vraiment se demander si cela va être avantageux. Souvent, on choisit le tarif journalier parce que sinon, cela revient trop cher. Ça fait plus de dix ans qu’on dit que c’est illégal de demander le triple du tarif pour les non-résidents, mais tout le monde fait pareil », déplore-t-elle.

Du côté de Sainte-Anne-de-Sorel, le directeur général Maxime Dauplaise avoue que des plaintes sont logées à la municipalité par rapport au tarif. Néanmoins, ils n’ont pas changé depuis cinq ans, mentionne-t-il, et ils ont été évalués en fonction des coûts de l’entretien de l’infrastructure.

Le porte-parole de la Ville de Sorel-Tracy, Louis Latraverse, mentionne que des citoyens se plaignent actuellement des tarifs d’autres municipalités du territoire comme Sainte-Anne-de-Sorel.

« Plusieurs sont insatisfaits d’être considérés comme des non-résidents alors que Sainte-Anne est juste à côté. Plusieurs pensent que ce n’est pas équitable de demander le double du tarif pour eux. C’est d’ailleurs pourquoi Sorel-Tracy travaille actuellement à régionaliser les loisirs sur le territoire », conclut-il.

image