28 janvier 2021
Semaine nationale de prévention du suicide
Des activités virtuelles pour normaliser le dialogue
Par: Alexandre Brouillard
Woman talking to therapist on sofa at home

L’importance de normaliser le dialogue au sujet du suicide sera mise de l’avant lors de la 31e semaine nationale de prévention du suicide. Photo depositphotos.com

La 31e semaine nationale de prévention du suicide (SPS) se déroulera du 31 janvier au 6 février 2021 sous la thématique « Parler du suicide sauve des vies ». Le centre de crise et de prévention du suicide, La Traversée, se joindra à la campagne de l’Association québécoise en prévention du suicide (AQPS) par l’entremise de contenu interactif présenté sur sa page Facebook et sur son site web.

Publicité
Activer le son

Tout au long de la semaine de prévention, La Traversée partagera des capsules vidéos du regroupement des organismes en santé mentale de la Montérégie. « Par l’entremise de ces vidéos, nous souhaitons encourager la population à agir pour la prévention du suicide en favorisant la prise de parole et en normalisant la demande d’aide afin de renforcer le filet social. Nous invitons donc les gens à relayer les vidéos et les visuels de la campagne sur leurs réseaux sociaux parce que le suicide est un problème collectif et non individuel », explique Marie-Line St-Arnaud, directrice de La Traversée.

Les capsules vidéos démontreront, entre autres, l’importance de la prise de parole pour les gens en détresse. « Qui n’a jamais été en détresse? Le suicide ne devrait pas être un sujet tabou. Malgré tout, les gens n’aiment pas discuter de leur détresse et souvent, la honte les envahit. Nous devons donc ouvrir le dialogue pour que ces personnes puissent partager leurs souffrances et pour que nous puissions finalement agir et intervenir », soutient Mme St-Arnaud.

Pour enrayer ce fléau, elle soutient qu’ « il faut sensibiliser les citoyens et les décideurs à l’ampleur du problème. Il faut également augmenter la connaissance des gens concernant les nombreuses ressources d’aide et favoriser la prise de parole pour parler de suicide de façon préventive. Le soutien et l’engagement de tous sont nécessaires, particulièrement en ces temps de pandémie qui affectent la population […]. La solidarité est là, prête à servir », mentionne-t-elle.

Parler de suicide est donc un point de départ essentiel à la prévention et c’est à la portée de tous. « Le suicide est un geste terrible souvent réalisé par des gens seuls qui ont besoin d’aide. Il faut donc en parler ouvertement et franchement. Le plus important est d’aider les gens en détresse parce que ça peut arriver à n’importe qui », déclare Mme St-Arnaud.

Autant de suicides qu’en 1980 au Québec

Malgré l’offre grandissante de services d’aide dans la province, la situation demeure stagnante, alors que le nombre de suicides reste encore au-dessus des 1000 décès par année. « Chaque jour, au Québec, on compte trois suicides. C’est le même nombre de victimes qu’il y a 40 ans et on estime à 80 les tentatives de suicide quotidiennes. Malheureusement, la MRC de Pierre-De Saurel n’y échappe pas », peut-on lire dans un communiqué émis par La Traversée.

De ce fait, de plus en plus de personnes se sentent concernées par cette problématique et désirent contribuer à la prévention ainsi qu’à la réduction du taux de suicide. La Traversée souhaite donc voir les gens de la région participer aux initiatives citoyennes virtuelles. « C’est grâce aux actions des citoyens que la prévention du suicide prend tout son sens », conclut Mme St-Arnaud.

Il est possible de faire appel aux conseils des intervenants des centres de crise et de prévention du suicide partout au Québec (1-866-APPELLE) et localement au 450-746-0303.

image