20 novembre 2015
David Théroux électrise la foule du Colisée Cardin
Par: Jean-Philippe Morin

David Théroux (8-1-0, 5 KO) n’a pas déçu à son retour dans le ring du Colisée Cardin après sa défaite d’avril dernier. Le boxeur sorelois a prouvé qu’il appartenait à l’élite, vendredi soir. Il a défait Francesco Cotroni (10-7-1, 5 KO) par KO technique au cinquième round lorsque son entraîneur a lancé la serviette dans le combat le plus spectaculaire de la soirée.

Après deux rounds dans lesquels il a été plutôt tranquille, se faisant même couper au-dessus de l’œil gauche, Théroux a ouvert la machine au troisième. Il a martelé d’une dizaine de coups au foie son adversaire, qui n’a eu d’autre choix que de déposer un genou au sol. Il s’est relevé au compte de huit, puis la cloche l’a sauvé à temps.

À la fin du quatrième round, Cotroni a été ébranlé en milieu d’assaut, mais c’est Théroux qui a cette fois été sauvé par la cloche, alors qu’il s’est ramassé bien malgré lui dans les câbles. Le Sorelois est même retourné en titubant à son coin.

Puis au cinquième, Théroux a repris le contrôle. Alors qu’il semblait en danger dans les câbles, il a commencé à frapper à la tête de Cotroni, qui commençait à avoir le visage ensanglanté. Devant l’avalanche de coups et une blessure apparente de son boxeur à la main, son entraîneur n’a eu d’autre choix que de lancer la serviette.

Une chose est sûre: les spectateurs en ont eu pour leur argent. Le combat était spectaculaire et la foule a apprécié, à en juger par les cris de joie à la fin du combat.

« J’aime faire lever la foule, ce qui fait que parfois, je déroge de mon plan de match. Mais dans l’ensemble, je suis content. Au troisième, je sentais que je lui faisais mal au corps, alors j’ai continué, même si je n’étais pas subtil! Puis au quatrième, je l’ai bien touché à la tête, ça a payé », analyse le boxeur sorelois.

Son entraîneur Pierre Bouchard est certes content de la victoire, mais moins de la façon dont son poulain l’a emporté.

« C’est un combat stressant pour un entraîneur! Il y a eu de l’action et c’est ce que les gens aiment. Sauf que j’ai trouvé que David a été trop passif à certains moments. C’est normal qu’il ait sorti un peu de son plan de match; les gens ont des attentes, il remplit le Colisée. C’est le résultat qui compte! », ajoute Pierre Bouchard.

Bouchard et Théroux ont été unanimes : il y aura un quatrième gala de boxe à Sorel-Tracy quelque part en 2016. « Mais pour l’instant, on va prendre une pause », conclut David Théroux.

Coudé surpris

Guillaume Coudé (6-1-1, 5 KO) n’était pas habitué de se rendre au bout de ses combats, surtout pas en six rounds. Souvent, il finissait le tout d’un percutant knock-out. Au Colisée Cardin toutefois, en demi-finale du gala, l’attaquant des Éperviers de Sorel-Tracy s’est fait jouer un vilain tour et a subi son premier revers en carrière.

Au sixième et dernier assaut, après avoir pourtant mené tout au long du combat, le favori de la foule s’est fait surprendre par Shakeel Phinn (5-1-0, 2 KO), qui l’a emporté par KO. Phinn avait pourtant visité le tapis en fin de cinquième round, mais Coudé n’avait tout simplement plus de jus.

Le Montréalais d’origine jamaïcaine a conservé son énergie au cours des premiers rounds, se montrant plus passif qu’actif. Cette stratégie lui a finalement rapporté en fin de combat, au grand dam des spectateurs présents.

La cloche était sur le point de sonner lorsque l’arbitre sorelois Steve St-Germain a arrêté le combat et donné la victoire à Phinn, ce qui a déplu à Coudé.

« J’étais un peu ébranlé à la fin du compte, mais il ne restait plus de temps au cadran! La décision d’arrêter le combat est-elle arrivée trop vite? Je crois que ça a été appelé trop tôt, surtout que j’ai amené mon adversaire au tapis au cinquième round et que j’ai bien fait au cours des quatre premiers », a-t-il commenté dans le vestiaire.

Débuts réussis

Marie-Ève Dicaire (1-0-0, 0 KO), qui effectuait ses débuts professionnels, a impressionné contre la Manitobaine Christina Barry (0-2-0, 0 KO). Elle a remporté son combat par décision unanime des trois juges (40-36), martelant au passage son adversaire tout au long du combat.

Le premier combat pro opposait Michel Tsalla (1-10-2, 0 KO), de Saint-Eustache, à Jan-Michaël Poulin, de Mascouche (2-1-2, 0 KO), dans une reprise après leur combat nul au Casino de Montréal. Cette fois, c’est Poulin qui a eu le dessus dans une décision unanime des juges, même si le combat semblait serré à prime abord.

Un volet amateur enlevant

Quatre combats amateurs étaient présentés avant le volet professionnel. Les spectateurs ont eu droit à un bon spectacle, surtout dans des deux derniers duels.

Dans le combat principal chez les amateurs, Joël « L’Animal » Thériault a eu le dessus contre le Sorelois David Grenier par arrêt de l’arbitre au deuxième round. Même s’il n’a pas semblé d’accord avec la décision de l’officiel, David Grenier a subi un compte de l’arbitre pour une troisième fois en deux rounds. Thériault, dans sa fougue habituelle, s’est alors fait un malin plaisir à saluer la foule soreloise, tout en félicitant respectueusement son adversaire.

L’un des combats attendus du volet amateur opposait la Soreloise Laury Gervais à la Chicoutimienne Amélie Gagnon Tremblay. Gervais l’a facilement emporté par décision unanime, remportant au passage tous les rounds. La principale intéressée était tout de même mi-figue mi-raisin, immédiatement après son combat.

« Je n’ai pas boxé comme je le voulais, mais le résultat est là. J’aurais aimé faire ce que j’avais appris dans le gym. Au moins, ça s’est replacé au troisième round. J’ai vraiment apprécié le support de la foule! », a-t-elle commenté.

Dans le premier combat de la soirée, Vincent Prévost du Gym-Action de Sorel-Tracy a été défait dans un combat serré par décision partagée par Rodney Merisier, de Montréal. Prévost a livré une bonne guerre, évitant plusieurs coups de son assaillant, mais Merisier a livré les meilleures frappes.

Enfin, Michaël Meunier, de l’organisation Boxemontreal.com, a gagné son duel par TKO à la toute fin du troisième et dernier round de son combat contre Miguel Brassard.

image