23 avril 2019
Moins de transport de prisonniers au palais de justice de Sorel-Tracy
Plusieurs comparutions se feront par vidéo en direct de la prison
Par: Raphaëlle Ritchot

Il y aura moins de transport de prisonniers vers le palais de justice de Sorel-Tracy en raison d'une nouvelle mesure. Photothèque | Les 2 Rives ©

Toutes les comparutions des personnes détenues au centre de détention de Sorel-Tracy en vue d’une étape pour la forme, plus communément appelée pro forma dans le jargon de la justice, se feront dorénavant grâce à la vidéo en direct de la prison (visiocomparution).

Cette mesure s’inscrit dans le Plan pour moderniser le système de justice du ministère de la Justice du Québec. Ainsi, il ne sera plus nécessaire, pour ces étapes seulement, de transporter les prisonniers jusqu’au palais de justice de Sorel-Tracy. Les avocats pourront tout de même demander la présence des accusés à la Cour en cas de besoin.

D’ailleurs, depuis le 9 avril, toutes les personnes qui sont admises à l’établissement de détention de Sorel-Tracy pendant la fin de semaine comparaissent maintenant par visiocomparution pour les palais de justice de Sorel-Tracy et de Saint-Hyacinthe.

« L’établissement de détention de Sorel-Tracy, comme les autres nouveaux établissements de détention, a été priorisé étant donné qu’il comporte déjà des salles de visiocomparution et des visioparloirs », a indiqué par courriel le conseiller en communication au ministère de la Justice du Québec, Paul-Jean Charest.

Selon le ministère de la Sécurité publique, l’optimisation des processus en matière de comparution comporte différents avantages, mais principalement celui de réduire le temps de traitement des actions en justice, en plus de réduire les risques liés au transport des personnes incarcérées.

« L’ensemble du processus de comparution d’une personne incarcérée au palais de justice (admission, fouilles, transport, déplacements dans le palais de justice, attente au quartier cellulaire) peut durer plusieurs heures, alors que la visiocomparution ne prend parfois que quelques minutes », a illustré le relationniste du ministère de la Sécurité publique, Patrick Harvey, par courriel.

La personne incarcérée peut donc rapidement retourner en classe, au travail ou dans son secteur d’hébergement.

Le ministère de la Justice et celui de la Sécurité publique s’entendent donc pour dire qu’au cours des prochaines années, la visiocomparution sera également étendue pour couvrir d’autres étapes du processus judiciaire. Les comparutions vidéo sont déjà utilisées dans les établissements de détention de Hull, de Montréal, de Rivière-des-Prairies et Leclerc de Laval.

image