21 mars 2018
Coalition A-30: la Rive-Sud fait front commun pour désengorger l’autoroute 30
Par: Deux Rives

La mairesse de Contrecœur Maud Allaire et le maire de Sorel-Tracy Serge Péloquin font partie de la Coalition A-30. Ils étaient présents au point de presse le 21 mars. (Photo: tirée de Facebook)

D’une voix commune et unanime, les acteurs de la couronne sud ont annoncé le 21 mars la mise sur pied de la Coalition A-30 pour une fluidité durable. Ce regroupement d’une cinquantaine de municipalités, d’organismes, de citoyens et de représentants de l’industrie du transport exige des actions concrètes et rapides pour soulager la congestion routière sur l’autoroute 30.

Texte par Sarah Laou, Le Courrier du Sud

À la suite d’une large concertation, la Chambre de commerce et d’industrie de la Rive-Sud a pris l’initiative de créer la Coalition A-30 afin de favoriser le transport collectif, le transport de marchandises, le covoiturage et la circulation de transit.

Pour ce faire, cette coalition demande une solution immédiate visant la mise en place d’une voie réservée temporaire sur l’accotement pour les autobus, les véhicules électriques et le covoiturage; la création d’un comité pour trouver des solutions permanentes et durables reliées au transport des personnes et des marchandises.

«L’A-30 est un axe névralgique non seulement pour la Rive-Sud, mais pour l’ensemble de la grande région métropolitaine», souligne la mairesse de Longueuil et vice-présidente de la Communauté métropolitaine de Montréal Sylvie Parent.

La mairesse de Brossard Doreen Assaad a tenu à spécifier que cette autoroute est déjà à saturation et que l’arrivée imminente du Réseau express métropolitain changera l’optique du transport dans la région.

Les membres de la coalition demandent à positionner l’A-30 dans les priorités gouvernementales en matière d’investissement. Ils mettent l’accent sur les chantiers en cours et futurs sur cet axe routier, comme le nouveau pont Champlain, la réfection du pont-tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine, le projet de développement du port de Montréal à Contrecœur ainsi que l’arrivée imminente du REM.

Le maire de La Prairie, vice-préfet, secteur Est, pour la MRC de Roussillon et administrateur au Réseau de transport métropolitain, Donat Serres, croit quant à lui qu’il est «l’heure est venue de favoriser le transport collectif et le covoiturage. On constate une augmentation du nombre de déplacements sur la Rive-Sud et nous devons agir de façon rapide et responsable.»

Selon les représentants de la Coalition A-30, la congestion ne fera qu’augmenter au cours des prochaines années sans action concrète et les entreprises et la population en paieront les frais.

« J’appuie la coalition de l’A-30 parce que les entreprises doivent pouvoir compter sur une fluidité de l’A-30 pour atteindre un niveau de viabilité économique justifiant leur implantation sur la Rive-Sud. De plus, c’est un lien stratégique pour la région, mais également pour l’ensemble de la grande région métropolitaine dont Montréal. L’optimisation de l’A-30 est essentielle et urgente, ce lien est déjà saturé. Les chiffres démontrent qu’une augmentation considérable est à prévoir en matière de transit de personnes (REM) et de camions de marchandises », a écrit la mairesse de Contrecœur, Maud Allaire, sur sa page Facebook.

« Avec l’agrandissement du terminal du port de Montréal à Contrecœur, l’aménagement des pôles logistiques aux deux extrémités de la 30 et les travaux prévus, ces prochains mois, dans le tunnel Louis-Hippolyte-Lafontaine, nous n’avons d’autre choix que d’assurer une plus grande fluidité sur cette artère qui devait servir de voie de contournement de Montréal, mission dont elle ne peut s’acquitter, en raison de la congestion chronique qui l’affecte», a déclaré le président du caucus des députés du PQ en Montérégie, Stéphane Bergeron, qui a assisté, au nom de ses collègues, à la sortie des maires, mairesses et de la chambre de commerce de la région.

image