21 mai 2019
Claude Frappier passera le flambeau
Par: Deux Rives

Claude Frappier tire sa révérence chez Hockey Richelieu après 42 ans. Photo Matthew Murnaghan/Hockey Canada Images

Après plus d’une cinquantaine d’années d’implication dans le monde de l’arbitrage, dont 42 dans le hockey mineur, le Sorelois Claude Frappier tirera sa révérence à titre d’arbitre en chef de Hockey Richelieu.

Texte de Sébastien Lacroix, collaboration spéciale

Un poste qu’il occupe depuis 1984 et pour lequel il s’apprête à passer le flambeau à Pierre Desaulnier qui gravite autour de l’organisation depuis déjà 25 ans. C’est avec le sentiment du devoir accompli qu’il a pris cette retraite bien méritée.

Maintenant âgé de 71 ans, Claude Frappier a décidé de délaisser le côté administratif. Avec 14 000 matchs de hockey mineur par année dans la région, 2200 arbitres à superviser, 646 officiels à gérer, environ 800 rapports de matchs et une soixantaine de protêts à éplucher, la fonction lui demandait une implication considérable.

Hockey Richelieu l’a d’ailleurs honoré pour ses années de service lors de son dernier gala. Un honneur qui s’ajoute au trophée Paul-Cazeau, pour son implication dans la communauté des officiels, en 2011, et le « Prix des officiels », en 2017, pour sa contribution exceptionnelle à l’arbitrage à l’échelle provinciale et nationale.

Celui qui en a vu de toutes les couleurs au fil des ans estime que le hockey est devenu beaucoup plus rapide et moins rude que par le passé. Une chose est toutefois demeurée constante : s’en prendre aux arbitres!

Depuis quatre ans, il note tout de même une amélioration avec l’implantation d’un « arbitre conseil » qui est présent sur la patinoire pour encadrer les jeunes arbitres. « Autant des parents peuvent chialer quand il n’est pas là, autant on ne les entend plus quand il voit arriver un arbitre conseil avec un dossard vert », raconte Claude Frappier.

Une référence dans l’interprétation des règlements

Toujours passionné par le hockey, le Sorelois n’a toutefois pas dit son dernier mot. Il souhaite en effet demeurer actif dans l’interprétation des règles de jeu à titre de consultant provincial et régional. Lui qui était devenu au fil du temps une véritable « référence » dans ce domaine. Il reçoit encore des appels d’un peu partout pour tirer profit de son expérience.

Après un accident de ski qui avait mis fin à sa carrière d’arbitre sur la patinoire, au tournant des années 1990, il a veillé à l’exactitude des manuels de règles de jeu de Hockey Canada pendant plus de 20 ans.

Il avait d’ailleurs obtenu une maîtrise de l’Université de Sherbrooke, en 1999. Sa thèse « Adaptation de l’apprentissage coopératif à l’interprétation des règles du hockey sur glace » avait ensuite servi comme outil d’enseignement dans le réseau du hockey mineur.

Son enseignement a visiblement porté fruit, puisque que c’est lui qui avait formé le juge de lignes natif de Sainte-Victoire-de-Sorel, Jean Morin, en 1981, avant qu’il devienne arbitre dans la Ligue nationale de hockey dix ans plus tard.

« Tous les arbitres québécois qui ont atteint la Ligue nationale, je leur ai donné des cours. Parce que je me promenais partout au travers le Québec, raconte Claude Frappier qui, pour sa part, croit qu’il n’avait pas le patin pour percer. Comme ancien gardien de but, j’allais plus vite de reculons que d’avant… J’ai donc préféré aller dans l’enseignement. »

image