31 octobre 2019
Répertorié parmi des joueurs à surveiller en vue du prochain repêchage de la LNH
Charles-Antoine Lavallée devra performer au bon moment
Par: Sébastien Lacroix
Charles-Antoine Lavallée avait été identifié comme le gardien d'avenir des Wildcats de Moncton.
Photo : Daniel St-Louis

Charles-Antoine Lavallée avait été identifié comme le gardien d'avenir des Wildcats de Moncton. Photo : Daniel St-Louis

La saison qui s’amorce dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ) sera charnière pour le gardien sorelois Charles-Antoine Lavallée. Comme tous les joueurs de son âge, celui qui aura 18 ans en mars prochain espère que son nom sera prononcé lors du prochain encan de la Ligue nationale de hockey (LNH).

Les occasions de faire écarquiller les yeux des dépisteurs ne seront toutefois pas nombreuses pour celui qui a été répertorié dans un palmarès des « 25 Québécois à surveiller pour l’encan de 2020 » réalisé par Le Journal de Montréal.

Le jeune espoir qui avait été identifié comme le gardien d’avenir de l’organisation des Wildcats de Moncton, l’an dernier, se retrouve derrière un vétéran de la trempe d’Olivier Rodrigue. Un excellent gardien de 20 ans que l’organisation a acquis des Voltigeurs de Drummondville.

Le cerbère devra donc saisir chaque chance qui s’offre à lui lorsqu’il sera envoyé dans la mêlée. C’est dans cet état d’esprit qu’il a décidé d’attaquer la saison 2019-2020. « Même si je joue 25 ou 30 matchs cette année, ce sera durant ces 25 ou 30 matchs-là où il va falloir que je me démarque. Comme là, j’en ai peut-être joué trois, mais j’en ai joué trois bonnes, avait-il confié en entrevue avec Les 2 Rives, le 15 octobre dernier. C’est sûr que quelque part, il y a quand même des dépisteurs qui le remarquent. »

À l’issue de la dernière saison, le Sorelois s’était fait dire qu’il avait des chances de décrocher le poste de numéro un après une première année derrière Francis Leclerc. C’était toutefois avant que l’organisation décide de bouger lors du repêchage au début du mois de juin.

Même s’il admet avoir été quelque peu déçu en apprenant la nouvelle, le jeune de 17 ans a redoublé d’ardeur pour se présenter au camp d’entraînement fin prêt. « J’ai eu un bon été d’entraînement. J’ai perdu 20 livres », indique celui qui est le seul joueur originaire de Sorel-Tracy à s’aligner présentement dans le circuit Courteau.

« Mon équipe y va pour la coupe. Ils ont décidé d’y aller avec un vétéran. Je n’ai pas eu le choix de l’accepter. Au lieu de me laisser abattre, j’ai continué à travailler fort et je suis content (de mon début de saison). Ça va bien et il faut continuer de même », s’encourage-t-il.

Charles-Antoine Lavallée espère tout de même que de côtoyer un gardien qui a été sélectionné en deuxième ronde par les Oilers d’Edmonton, en 2018, et en jouant dans une équipe championne, lui sera bénéfique pour la suite de sa carrière. « Ça va me permettre d’aller chercher beaucoup d’expérience », souhaite-t-il.

S’il admet qu’il n’est pas à l’abri d’une transaction, il préfère se concentrer sur ce qu’il a à accomplir à Moncton. « C’est sûr que s’ils veulent vraiment y aller all in pour la coupe, des fois, ils n’ont pas le choix de compromettre des jeunes, convient-il. Je n’aime pas trop y penser. Parce que je suis dans une très bonne organisation et, honnêtement, ce n’est pas mon but d’être échangé. »

image