17 février 2017
« C’est vraiment difficile de toujours replonger dans les événements » – Une victime
Par: Deux Rives
Claude Demers a reçu sa sentence le 17 février au palais de justice de Sorel-Tracy. | TC Media - Archives

Claude Demers a reçu sa sentence le 17 février au palais de justice de Sorel-Tracy. | TC Media - Archives

À la suite du verdict du juge Denys Noël, vendredi matin, au palais de justice de Sorel-Tracy, une victime de Claude Demers, reconnu coupable d’agression et d’attouchements sexuels, a accepté de se confier aux journalistes présents concernant la sentence de l’accusé et les procédures judiciaires.

Publicité
Activer le son

À lire aussi:

Claude Demers purgera une peine de 3 ans et demi

L’ex-ambulancier et sauveteur pourrait bénéficier de l’arrêt Jordan

Celle-ci se dit tout de même satisfaite de la sentence de 3 ans et demi qu’a reçue Claude Demers. Elle ne se disait pas inquiète qu’il s’en sorte plus facilement en raison de son statut. Même s’il était ambulancier, il demeurait un humain qui devait être jugé comme tout le monde, a-t-elle soutenu.

« C’est sûr que j’aurais aimé plus mais je suis contente qu’il s’en sorte avec une sentence de 3 ans et demi, a exprimé la victime. J’ai vraiment eu peur que toutes les démarches n’aient rien donné quand il y a eu la demande d’arrêt Jordan. »

Pour elle, la partie la plus dure à traverser de ces longues procédures judiciaires a été le contre-interrogatoire de la part de l’avocat de la défense lors du procès.

« Tu sais qu’il est là pour te remettre en doute, a-t-elle souligné. Il me considérait toujours moins crédible que les autres victimes, j’ai trouvé ça plus dur. »

La longévité des procédures l’a parfois fait douter, mais sans regret.

« À plusieurs moments, j’ai eu envie de tout arrêter. Je me demandais si ça valait vraiment la peine de continuer, a-t-elle mentionné. De toujours replonger dans les événements et de raconter tout ce qui s’est produit, c’est vraiment difficile. »

Elle a toutefois expliqué l’avoir fait pour les autres victimes et pour empêcher que des événements comme ceux-ci se reproduisent.

« Maintenant que c’est terminé, ça va aller mieux à l’avenir », a-t-elle admis.

La victime affirme avec conviction qu’elle n’a pas peur de Claude Demers, mais qu’être en sa présence la met en colère.

Peur de l’ambulance

Depuis les événements, la victime vit encore des traumatismes de son expérience en ambulance en compagnie de Claude Demers.

« J’ai peur de retourner en ambulance. Même quand je croise un ambulancier, a avoué la victime. Ce n’est pas à eux que je ne fais pas confiance, mais ça me replonge trop dans les événements que j’ai vécus. »

image