11 mars 2021
Bien orchestrer l’aide pour contrer les éclosions
Par: Alexandre Brouillard

La PDG du CISSSME, Louise Potvin, est satisfaite des moyens mis en place dans la région, lors de la dernière année, pour contrer les éclosions de la COVID-19. Photothèque | Les 2 Rives ©

Lors de la dernière année, le Centre intégré de santé et de services sociaux de la Montérégie-Est (CISSSME) a mis sur pied plusieurs initiatives afin de contrer les éclosions de COVID-19 à l’hôpital, dans les centres d’hébergement et dans les Résidences privées pour aînés (RPA) de la région.

Publicité
Activer le son

« Même si nous n’avions pas recensé d’éclosion sur le territoire de la MRC de Pierre-De Saurel lors de la première vague, la seconde vague a frappé la région de plein fouet. Nous étions toutefois très bien préparés », soutient en entrevue Louise Potvin, PDG du CISSSME.

Cette préparation s’est avérée essentielle pour contrer les deux éclosions à l’Hôtel-Dieu de Sorel et pour venir en aide à la résidence Les Jardins de Ramezay, qui a été durement touchée par le virus. Rappelons qu’une quarantaine d’employés avaient contracté la COVID-19 ainsi que 61 résidents. Douze d’entre eux en sont décédés.

Dès le début de la pandémie, le CISSSME s’était assuré que l’Hôtel-Dieu de Sorel soit en mesure de prendre en charge de façon sécuritaire les gens positifs au virus avant de les transférer en zone chaude. « Une équipe composée d’experts dédiés à la prévention et au contrôle des infections était présente dans la région pour aider sur les unités de soins ou dans les centres d’hébergement. Cette équipe mettait en place des mesures afin de rehausser la sécurité des autres patients ou des résidents présents où il y avait des cas positifs. Cette équipe, que nous appelons SWAT, devait donc contenir les éclosions », explique Mme Potvin.

Conjointement aux efforts déployés par l’équipe SWAT, plusieurs employés du soutien à domicile ont été déployés au sein des RPA aux prises avec des éclosions. « Ces employés allaient dans les ressources où des résidents étaient positifs à la COVID-19 pour établir des plans de soins et pour soutenir les employés. Les ressources concernées ont aussi bénéficié de nos conseillers en prévention des infections, de nos auxiliaires en santé et en services sociaux et de nos employés de la salubrité », ajoute Louise Potvin.

La Croix-Rouge canadienne, par l’entremise des Aides de services, est également venue en soutien aux employés et aux équipes d’experts du CISSSME dans les RPA afin de contenir les éclosions de la COVID-19. « Ces gens travaillaient à maintenir la mobilité des personnes âgées affectées par le virus. Ils assistaient également le personnel pour l’alimentation et les soins d’hygiène des résidents », explique Mme Potvin.

Alors que le CISSSME s’affairait à contrer les éclosions, Louise Potvin ajoute qu’il devait aussi empêcher la transmission communautaire. « Nous devions protéger nos employés. Sur le territoire de la MRC de Pierre-De Saurel, ce sont 155 employés sur un total d’environ 2000 qui ont contracté le virus. Nous devions tout faire pour empêcher la transmission communautaire et pour entre autres protéger les écoles et les entreprises de la région », mentionne Mme Potvin.

Louise Potvin en bref

Quel est votre meilleur coup depuis un an face à la pandémie?

La façon dont les travailleurs de la santé se sont mobilisés dans une entraide collective extraordinaire pour adapter notre environnement afin d’assurer la sécurité de tout le monde.

Y aurait-il une chose que vous auriez faite différemment depuis un an?

Au début de la pandémie, nous pensions pouvoir isoler les personnes positives dans leur chambre, autant dans les RPA et que les hôpitaux, mais après le premier cas en hébergement, nous avons compris que cela était impossible et que le virus se transmettait rapidement.

 

image