3 août 2021
Aux candidats de préciser!
Par: Louise Grégoire-Racicot

Forte d'une expérience de plus de 40 ans dans la région, Louise Grégoire-Racicot livre ses impressions dans une chronique hebdomadaire au journal Les 2 Rives depuis 2018.

À trois mois des élections municipales, plusieurs élus sortants ont indiqué s’ils solliciteront ou non un nouveau mandat. Peu de nouveaux venus ont manifesté encore leur intention ferme de prendre la relève. Qu’attendre des candidats?

Publicité
Activer le son

Certes, les conseillers sorelois doivent être à l’écoute des besoins de leurs commettants en quête d’une vie de quartier de qualité, de mieux-être et de sécurité.

Mais surtout ils doivent participer clairement et publiquement – en expliquant les raisons de leurs appuis – aux décisions prises à la table du conseil pour consolider les acquis de la ville. Et apporter des solutions concrètes, créatives, et variées pour améliorer tant sa condition physique qu’économique, sociale, culturelle ou financière.

Ces élus ne peuvent toutefois pas prétendre n’être que les gestionnaires de la ville. Ils doivent être les piliers de sa dynamisation, les animateurs de son progrès, les rassembleurs de ses gens. Rien de moins!

Aussi les électeurs devraient-ils, avant de leur accorder leur confiance, s’enquérir de leur vision d’avenir de la ville et des moyens qu’ils préconisent pour y arriver.

Car la vision d’une ville, c’est bien plus qu’un compte de taxes à contenir. C’est définir ce que l’on veut qu’elle devienne au fil des ans. Voient-ils Sorel-Tracy comme un chef-lieu de la région, comme chef de file en matière de protection et de mise en valeur de l’environnement, de service à la clientèle, de qualité de vie, de développement économique et touristique, de fierté et d’appartenance de ses résidents?

Comment en faire une ville plus attractive pour les investisseurs, les nouveaux résidents? Un milieu avant-gardiste par ses solutions aux problèmes et ses façons de faire? Une municipalité plus solidaire? Mieux mobilisée autour d’enjeux régionaux? Plus efficiente dans les services offerts? Plus proche du dynamique milieu agricole avec qui elle cohabite? Mieux mobilisée autour d’enjeux socio-économiques et de santé publique?

Le spectre des possibilités est infini. Des choix s’imposent. Lesquels, selon les candidats, devraient prévaloir? Lesquels préconiseront-ils? C’est ce qu’ils doivent préciser.

Chose certaine, ils doivent aussi expliquer comment ils favoriseront un maillage plus étroit tant avec les partenaires politiques, qu’économiques et sociaux.

Oui, ces attentes sont exigeantes. Elles valent aussi pour tous les élus municipaux, qu’ils soient urbains ou ruraux. Car on sait fort bien que l’avenir de la région repose en grande partie sur ce que ses élus projettent faire de ses ressources humaines, environnementales et physiques. Et comment ils feront pour en assurer un développement sain, durable et intelligent tout en les protégeant. Sur la façon dont ils envisagent l’encourager par des règlements sur lesquels les asseoir. C’est beaucoup de pouvoirs sur l’avenir régional! Beaucoup de responsabilités sur sa qualité vie.

Ce pourquoi les électeurs doivent aussi élire un maire qui voit venir, qui saura harmoniser le travail de ses conseillers. Un élu respectueux dans ses propos et attitudes, rigoureux dans son approche des situations et des solutions. Celui qui saura articuler ses propos sans dogmatisme et supériorité et les communiquer aisément, simplement et franchement à ses citoyens. Comme à ses vis-vis et employés municipaux.

Il reste trois mois aux candidats pour se définir clairement et aux électeurs pour les questionner puis choisir. Trois mois, c’est peu dans l’histoire d’une municipalité. C’est long pour une campagne électorale, surtout que les sortants doivent légalement continuer de siéger à la municipalité et prendre toutes les décisions qui s’imposent- qu’elles permettent l’avancement des dossiers en cours, le démarrage de ceux qui s’imposent et la clôture de d’autres en fin d’exécution. Sans surtout être accusés pour autant d’électoralisme alors qu’ils ne font que bien jouer leur rôle jusqu’à la toute fin de leur mandat!

image