22 mai 2020
Aura-t-on des camps de jour dans la région?
Par: Sébastien Lacroix
Les camps de jour pourront ouvrir à compter du 22 juin.

Les camps de jour pourront ouvrir à compter du 22 juin.

Malgré le feu vert donné par le gouvernement du Québec pour l’ouverture des camps de jour à partir du 22 juin, plusieurs municipalités de la région avaient déjà statué qu’elles ne seraient pas en mesure d’offrir le service. Tandis que d’autres évaluaient encore leurs options.

Publicité
Activer le son

La Ville de Saint-Ours a été la première à confirmer que son Club d’été se tiendra à partir du 29 juin. Les inscriptions seront toutefois limitées à 20 enfants par semaine. Un ratio qui pourrait toutefois être revu à la hausse. C’est pourquoi on demande aux parents de se manifester d’ici le 31 mai.

« Si la pression est forte, on va peut-être ajuster à la hausse, précise le maire Sylvain Dupuis. Généralement, on a une cinquantaine de jeunes qui transitent par le camp d’été à raison de 20 à 35 par semaine. »

Il y a également la Municipalité de Sainte-Victoire-de-Sorel qui tiendra des camps de jour au centre récréatif Lemay-Tellier. Les inscriptions avaient d’ailleurs déjà été lancées au cours des dernières semaines.

Du côté de la Ville de Sorel-Tracy, toujours aucune décision n’avait été communiquée au moment d’aller sous presse. « L’intention est là », a toutefois assuré le maire Serge Péloquin, lors de la dernière séance publique. Le conseil attendait notamment des nouvelles de la Colonie des Grèves à savoir si les camps pouvaient se tenir à cet endroit.

Au moment de mettre en ligne, trois autres municipalités devaient se pencher sur la question. C’est le cas de Contrecœur qui fera une rencontre spéciale pour discuter de tous les scénarios possibles avec le Service loisir et culture. À Saint-Robert, la décision sera prise au prochain conseil municipal qui aura lieu le 1er juin. La Ville de Saint-Jospeh-de-Sorel doit également se prononcer lors d’une séance ultérieure.

Plusieurs municipalités avaient déjà décidé de ne pas tenir de camps de jour en raison des mesures imposées par la Santé publique. C’est le cas de Massueville, Saint-David, Saint-Grérard-Majella, Sainte-Anne-de-Sorel et Yamaska.

image