5 octobre 2021
Au service de la communauté
Par: Deux Rives

Marcel Rainville, directeur général du journal Les 2 Rives, livre ce message à l'occasion de la Semaine nationale des journaux. Photo NathB

Par: Marcel Rainville, directeur général du journal Les 2 Rives

Il y a 20 ans cette semaine que je suis tombé dans la marmite. J’ai toujours eu une relation forte avec les journaux; je les ai livrés tout jeune, j’en ai épluché des tonnes durant mes études sans me douter que j’aurais un jour l’honneur d’œuvrer au sein de plusieurs, jusqu’à en diriger avec fierté ce magnifique journal Les 2 Rives depuis maintenant 5 ans!

Publicité
Activer le son

Ce parcours, c’est autant d’années à surmonter de nombreux défis, d’implication dans de multiples communautés et à croiser des gens extraordinaires et inspirants. Mais quel privilège! Et c’est surtout une grande responsabilité.

En effet, une communauté, c’est tout un écosystème et la mission du journal est d’en être au cœur, d’être son porte-voix, sa mémoire en plus de jouer un rôle de rempart à la démocratie.

Avoir accès à un hebdomadaire local indépendant, gratuit et livré à sa porte est une grande richesse collective. Ce rendez-vous où les écrits restent gravés, soigneusement rédigés par nos journalistes en toute objectivité pour relater la nouvelle et y donner un sens et du recul, contribue au sentiment d’appartenance des citoyens envers leur région, en plus de contrer la désinformation.

Nous sommes dans une ère de l’instantanéité, où les faits se noient dans un océan d’informations dans lequel la fausse nouvelle s’entremêle sans limites aux lobbys et aux communiqués bien ficelés de groupes d’intérêts. Sans compter les algorithmes du web et des réseaux sociaux qui nous enclavent dans nos paradigmes, se nourrissant de nos informations personnelles au passage pour s’enrichir davantage. L’information, c’est le pouvoir mais encore faut-il qu’elle soit vraie, vérifiée, triée.

Les médias nationaux ne pourront jamais couvrir les « petites grandes nouvelles » pour une collectivité. On le constate malheureusement dans certaines régions désormais orphelines : une ville sans son journal local perd définitivement une partie de son âme et un précieux « chien de garde ». Pensons seulement aux municipalités qui gagnent en pouvoir étant désormais considérées comme des gouvernements de proximité. Sans être tenues de diffuser les avis publics, plusieurs investissent des sommes importantes pour s’offrir des experts en communication. Les responsabilités grandissantes des villes sont autant une responsabilité de nos journalistes aguerris de demeurer présents pour suivre les décisions au quotidien qui auront des impacts pour les citoyens et la région.

Ce contexte nous force à toujours nous dépasser et c’est aussi ce qui fait de nous un média local et régional efficace pour les annonceurs. Un journal donne une vitrine aux entreprises leur permettant de raconter leurs histoires et d’y afficher leurs promotions. En retour, ce sont elles qui nous permettent de vous offrir ce journal gratuitement chaque semaine et de poursuivre notre mission.

En cette Semaine nationale des journaux, c’est une occasion pour nous de vous réitérer notre plein engagement pour continuer à vous livrer une information de qualité avec passion et rigueur en ces temps où ça compte le plus.

J’en profite également pour remercier mon équipe dévouée et les artisans de toute l’industrie : journalistes, publicitaires, coordonnateurs, graphistes, photographes, camelots, gestionnaires, chroniqueurs, imprimeurs, etc. Tous des maillons unis pour une même cause. Longue vie aux journaux et surtout MERCI à vous chers lecteurs de nous lire!

image