28 juillet 2016
ArcelorMittal: un arbitre donne raison aux syndiqués de l’usine ouest
Par: Louise Grégoire-Racicot
Un arbitrage qui concerne tous les employés d’ArcelorMittal de l’usine ouest engagés depuis 2014. | Photo: TC Média: archives

Un arbitrage qui concerne tous les employés d’ArcelorMittal de l’usine ouest engagés depuis 2014. | Photo: TC Média: archives

ArcelorMittal devra désormais défrayer les frais d’administration du régime de retraite à financement salarial après un jugement émis par un arbitre. Ce qu’elle refusait de faire depuis 2014, date d’entrée en vigueur de ce régime.

Publicité
Activer le son

Ainsi, l’arbitre de grief, Me François Hamelin, a tranché en faveur du syndicat de la section locale 6951 du Syndicat des Métallos à l’usine ouest, le 12 juillet dernier, après avoir entendu les parties en audience pendant une semaine et demie.

À la suite de cet arbitrage, ArcelorMittal devra débourser le montant alloué par heure de 2,65$ à 2,93$. Un gain important, rappelle leur représentant, Guy Gaudette.

Il spécifie que cela représente « un montant de 560$ par année pour chaque travailleur, plus les rendements de la caisse. »
Présentement douze travailleurs bénéficieront du résultat de cette décision ainsi que tous les futurs travailleurs qui seront embauchés par l’entreprise, a rajouté M. Gaudette.

Mais l’employeur peut encore en appeler de cette décision.

La porte-parole de l’entreprise, Nina Chernyshova, a refusé de commenter ce jugement.

Tous égaux

Avec ce jugement, la compagnie payera des prestations équivalentes au coût normal du régime à prestations déjà existant, tel que convenu lors de la signature du contrat. Ce qu’elle refusait de faire », a expliqué M. Gaudette.

Rappelons que les parties avaient ratifié ce contrat de travail au terme d’un lockout et de négociations très ardues. Au cours de celles-ci, « l’employeur avait imposé un régime de retraite à financement salarial distinct pour les nouveaux salariés. Il était clair au moment de finaliser les textes que l’employeur défraierait les frais d’administration, comme il le fait pour le régime à prestations déterminées dont bénéficient les autres membres de la section locale 6951 », a complété M. Gaudette.

image